Quatrième inculpation pour Carlos Ghosn

Quatrième inculpation pour Carlos Ghosn©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 22 avril 2019 à 16h33

La période de détention devait s'achever ce lundi pour l'illustre suspect, déchu de Nissan et de Renault. Mais le parquet de Tokyo lance de nouvelle charges contre lui.

Les affaires judiciaires se compliquent encore un peu plus pour le président déchu de Nissan. Carlos Ghosn a été inculpé lundi d'un chef d'accusation supplémentaire. Le parquet de Tokyo lui reproche une nouvelle fois un abus de confiance aggravé. Libéré le 6 mars contre le versement d'une caution de neuf millions de dollars (7,9 millions d'euros) après 108 jours de détention au Japon, Carlos Ghosn avait de nouveau été arrêté le 4 avril sur ordre du parquet de Tokyo.

Il est soupçonné d'enrichissement personnel et accusé d'avoir causé à Nissan des pertes financières de cinq millions de dollars entre décembre 2015 et juillet 2018... L'ancien patron, également inculpé d'abus de confiance aggravé pour avoir minimisé ses revenus chez le constructeur automobile japonais Nissan pendant près de 10 ans, dément toutes les accusations. Ses avocats estiment que sa nouvelle détention est "illégale".

Expiration de la période de détention

Cette nouvelle inculpation était attendue ce lundi, jour de l'expiration de son actuelle période de détention. Sa demande de sortie de prison avait été rejetée par la Cour suprême du Japon le 15 avril. Les avocats de l'ancien chef d'entreprise ont aussitôt déposé une demande de mise en liberté sous caution. Ils ont également entamé une procédure contre la décision du parquet de placer leur client en détention, mesure qu'ils qualifient d'"illégale", selon des documents consultés par Reuters.

Le constructeur automobile nippon a engagé des poursuites pénales après être parvenu au constat que des fonds ont transité à la demande de Carlos Ghosn par un détaillant à Oman vers le compte d'une filiale détenue par le dirigeant, rapporte l'agence de presse Kyodo.

Le but de cette opération était un enrichissement personnel de Carlos Ghosn d'un montant de cinq millions de dollars aux dépens de l'entreprise, estime Nissan. Un porte-parole a estimé que l'attitude de l'ancien patron avait été préjudiciable à l'entreprise.

Déclarations dans les heures à venir

"Un tel comportement frauduleux est totalement inacceptable et Nissan réclame de strictes sanctions appropriées", affirme Nissan dans un communiqué. Le parquet de Tokyo doit faire une déclaration lundi et les avocats de Carlos Ghosn ont, eux aussi, prévu de s'exprimer devant la presse dans la journée.

Une vidéo de Carlos Ghosn a été diffusée en début de semaine dernière par ses avocats, dans laquelle il clame haut et fort son innocence. L'ancien patron de l'alliance Renault - Nissan se dit victime d'un complot dans cette vidéo "face caméra" enregistrée juste avant sa nouvelle arrestation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.