Quel avenir pour les petites lignes de la SNCF ?

Quel avenir pour les petites lignes de la SNCF ?
SNCF logo gare train

Boursier.com, publié le mardi 20 février 2018 à 12h22

Que vont devenir les petites lignes SNCF, après les recommandations du rapport Spinetta ? Le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports, Bruno Gazeau, a alerté mardi Edouard Philippe sur la nécessité selon lui d'examiner leur pertinence.

Parmi ces petites lignes, "beaucoup sont des lignes régionales de grande utilité pour les usagers", a-t-il dit à des journalistes après une rencontre avec le Premier ministre et la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Plus de dialogue

"On souhaite qu'il y ait là-dessus plus de concertation, plus de dialogue et plus d'examen local, et globalement qu'un bon nombre de petites lignes et de lignes régionales puisse être maintenu", en donnant aux régions les moyens de le faire.

L'exécutif en a peu dit sur ses intentions précises : il veut réformer l'entreprise publique, confrontée au double défi de la dette - 46 milliards d'euros - et de l'ouverture à la concurrence dans le cadre européen. Edouard Philippe dévoilera lundi le calendrier et la méthode retenus.

"Les petites lignes sont petites vues de Paris mais elles sont grandes quand on est local, donc il faut regarder les choses localement", a insisté Bruno Gazeau. "Le Premier ministre est très à l'écoute, sa préoccupation essentielle, c'est les déficits importants du système ferroviaire", a-t-il ajouté.

Fin du statut de cheminot ?

Le rapport Spinetta suggère d'examiner la pertinence de maintenir des lignes peu utilisées, d'envisager de ne plus embaucher sous le statut de cheminot et d'enrayer l'expansion des lignes TGV. Il recommande aussi d'autoriser la SNCF à recourir à des plans de départs volontaires, qui pourraient concerner 5.000 personnes.

Concernant l'épineuse question de la mise en concurrence, qui doit commencer en 2019 et s'achever au plus tard en 2023 pour les lignes subventionnées, selon un accord conclu au niveau européen, le rapport se penche sur la délicate question du transfert des personnels vers les nouveaux opérateurs.

Pour donner de l'air à SNCF Réseau, il recommande de transférer à l'Etat une partie de sa dette. Au lendemain de rencontres entre les syndicats de cheminots et la ministre des Transports, le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, a dit ne pas croire à une grande grève qui paralyserait la France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.