Quel coût pour la fermeture des commerces non essentiels ?

Quel coût pour la fermeture des commerces non essentiels ?
rideau, coronavirus, boutique, commerçant

Boursier.com, publié le vendredi 20 novembre 2020 à 14h44

Euler Hermes estime que le manque à gagner pour les commerces non-essentiels s'élèverait à -4,4 milliards d'euros en cas de fermeture sur tout le mois de novembre.

Peut-être bientôt de bonnes nouvelles pour les commerçants... Le Premier ministre Jean Castex a jugé possible vendredi une réouverture des commerces "autour du 1er décembre", sous conditions. Mais quelle que soit la décision du gouvernement la semaine prochaine, la facture s'annonce très salée.

Euler Hermes estime que le manque à gagner pour les commerces non-essentiels s'élèverait à -4,4 milliards d'euros en cas de fermeture en novembre, et à -10,8 milliards d'euros en cas de fermeture en novembre et décembre. "Ces chiffres correspondent à un recul des ventes de l'ordre de -60%", explique le cabinet d'étude.

Click-and-collect en soutien

Les quelques assouplissements accordés par l'Etat (click-and-collect, livraisons à domicile) et l'adoption rapide des outils digitaux par les commerçants ont permis de limiter quelque peu ce manque à gagner, estime Euler Hermes. "Nous estimons qu'une fermeture complète des commerces non-essentiels physiques en novembre et décembre, et donc une absence totale de ventes, aurait engendré un manque à gagner de -18 milliards d'euros pour les entreprises concernées", peut-on lire dans un communiqué.

Période cruciale

Il faut dire que la période est cruciale. "En regardant l'historique des données, on observe que les mois de novembre et décembre représentent une part essentielle des ventes annuelles dans de nombreux segments. Elles représentent plus de 40% des ventes annuelles des magasins de jouets, et plus de 25% pour les commerces de cosmétiques, de livres et de bijoux", explique Euler Hermes.

Le manque à gagner subi par les entreprises du secteur lors du premier confinement n'a pas été compensé par le fort rebond de la demande constaté entre juin et septembre 2020. A fin septembre, les ventes enregistrées depuis le début de l'année étaient toujours inférieures, en moyenne, de -10% aux niveaux de 2019 (à période comparable).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.