Quelles sont les villes les plus chères pour les étudiants ?

Quelles sont les villes les plus chères pour les étudiants ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 août 2019 à 15h30

L'écart de loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris) et la ville la moins chère (Le Mans) est de 533 euros par mois, observe l'UNEF.

Après avoir publié vendredi son étude annuelle sur le coût de la vie étudiante, l'UNEF révèle ce mardi son classement des villes les plus chères pour les jeunes. L'accès au logement demeure la première source d'inégalité, rappelle le syndicat étudiant. "L'écart de loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois", peut-on lire dans ce document.

Paris indétrônable

Avec 3,86% d'augmentation des loyers au niveau national, "la rentrée 2019 est celle de l'explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelées", regrette l'UNEF. Son classement recense le coût de la vie pour les étudiants dans les 42 plus grosses villes universitaires de France métropolitaine, en prenant en compte trois facteurs : un socle fixe commun (comprenant les frais d'inscription, les frais de restauration, l'électricité, l'assurance habitation, le téléphone, internet, les frais bancaires, les services médicaux...), le prix du logement et le prix des transports.

Paris est indétrônable, toujours à la première place avec un budget estimé à 1.288,83 euros par mois en 2019. Dans le top 10, quasiment toutes les villes sont situées en région parisienne, avec une enveloppe de plus de 1.000 euros, à l'image de Nanterre, Créteil, Guyancourt, Champs-sur-Marne, Saint-Denis, Cergy, Orsay, et Evry. En région, Nice est la ville la plus chère, puisqu'un étudiant doit y débourser en moyenne 1.003 euros par mois. Suivent Bordeaux (962 euros), Lyon (962), Aix-en-Provence (946), Marseille (914) ou Lille (913).

En bas de classement, Limoges est considérée comme la ville la plus abordable, avec un budget mensuel de 749 euros, devant Poitiers (759), Le Mans et Brest (762).

Revalorisation des APL et encadrement des loyers

Selon l'Observatoire de la Vie Etudiante, près de deux tiers des étudiants sont décohabitants. "Alors que le logement représente plus de la moitié d'un budget étudiant, chaque augmentation pèse lourdement sur le pouvoir d'achat des jeunes", dénonce l'UNEF. Le syndicat étudiant réclame donc la revalorisation de 20% des APL, leur réindexation sur l'indice de révision des loyers et l'abandon du changement de mode de calcul prévue pour l'année 2020.

Autre demande : la généralisation de l'encadrement des loyers à toutes les villes universitaires et la poursuite de la construction de logements étudiants CROUS. "Le plan '60.000 logements' annoncé par le gouvernement à la rentrée 2017 n'a toujours pas été mise en oeuvre. Alors que les loyers augmentent de 3,86% cette année, il y a urgence à ce que l'ensemble des logements promis soient construits pour la rentrée 2020", dénonce l'UNEF.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.