Qui veut reconstruire le PS ?

Qui veut reconstruire le PS ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 30 novembre 2017 à 12h55

Qui sera le prochain chef de file des socialistes en vue du congrès du PS d'avril 2018 ? Le départ d'Olivier Dussopt pour le gouvernement d'Edouard Philippe limite provisoirement à 30 membres, seulement, le groupe "Nouvelle gauche" de l'Assemblée nationale, soit dix fois moins que pendant le quinquennat de François Hollande !

Pour le président du groupe Nouvelle gauche de l'Assemblée, Olivier Faure, ce débauchage est le signe de la volonté du chef de l'Etat de "déstabiliser ses adversaires"... Stéphane Le Foll s'indigne aussi : "Est-ce que c'est bon pour la démocratie ? Non", a déclaré le député... "C'est la technique du chasse-neige : on déstabilise les grands partis de droite et de gauche, et il ne reste que les extrêmes" ... "Emmanuel Macron a pris des décisions dont les gens vont voir les conséquences, donc il va y avoir débat !".

"Tout repenser"

"Le Parti socialiste, après sa défaite, est condamné à se repenser dans son action, son organisation et son identité", poursuit celui qui est resté le plus fidèle à François Hollande, sans pour autant avancer sa propre candidature pour prendre la tête du parti dont les finances ont été largement grevées par le désastre des dernières élections et le "naufrage Hamon".

Parmi les noms qui reviennent avec insistance pour tenter de rebâtir l'édifice figure celui de Najat-Vallaud Belkacem, battue à Villeurbanne aux dernières législatives. Mais l'ancienne ministre de l'Education nationale n'en est selon ses proches "qu'au stade de la réflexion".

"Tout changer"

Le député Luc Carvounas s'est  quant à lui déclaré candidat à la direction du Parti socialiste avec l'ambition de "tout changer de fond en comble"... Cet ancien proche de Manuel Valls est le premier à officialiser sa candidature au poste de premier secrétaire. "Je souhaite être candidat pour emmener avec moi, rassembler une équipe de femmes et d'hommes, de visages nouveaux, de proposer un projet clair aux militants, aux socialistes, aux Français et de faire en sorte que ce congrès qui nous attend, le congrès du mois de mars, soit le congrès du commencement", a déclaré Luc Carvounas, sur France 2. Le PS "peut mourir (...) si nous loupons le coche du mois de mars prochain", a-t-il ajouté...

"Ce congrès doit être celui de l'affirmation", expliquait récemment dans 'Le Figaro' le coordinateur du PS, Rachid Temal... "Le paysage politique a éclaté... Les socialistes doivent profiter de ce moment pour affirmer avec force leur vision de la société. Ce qu'ils pensent de la France, de l'Europe, des grands enjeux de société comme la fin de vie ou la question climatique". Un peu de patience donc...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.