Reconfinement : baisse des tarifs postaux pour les libraires

Reconfinement : baisse des tarifs postaux pour les libraires
Portrait de l'ancien ministre de la Santé Roselyne Bachelot

Boursier.com, publié le lundi 02 novembre 2020 à 12h19

La ministre de la Culture a indiqué que les tarifs postaux des libraires, contraints de fermer pendant le reconfinement, vont être "divisés par 3 ou 4"...

Après la fermeture des rayons livres dans les grandes surfaces, les libraires, contraints de fermer pendant le reconfinement, obtiennent une nouvelle mesure de soutien de la part du gouvernement. Ce lundi, la ministre de la culture Roselyne Bachelot, a annoncé la diminution des tarifs postaux des libraires, afin d'inciter à la commande de livres et compenser le manque à gagner en boutique.

"Nous avons obtenu que les tarifs postaux des libraires soient considérablement diminués", a ainsi déclaré la ministre sur 'LCI'. "Quand vous envoyez un livre de poche à 8 euros, le tarif postal est de 6,35 euros. Nous allons diviser les tarifs postaux d'envoi des livres par 3 ou 4. Cela va diminuer les frais de poste des libraires. C'est très attendu, très demandé", a-t-elle précisé.

La ministre a également incité les lecteurs à se fournir en livres auprès des librairies par le "click and collect", qui permet aux clients de commander sur internet et de venir chercher leur commande en magasin.

"Oui, Amazon se gave... A nous de ne pas les gaver"

Avec cette baisse des tarifs postaux, le gouvernement espère ainsi apaiser la grogne du monde du livre, alors que les libraires s'étaient vivement opposés aux nouvelles mesures pour enrayer la propagation de l'épidémie de Covid-19 et ont dénoncé la concurrence déloyale des magasins restés ouverts, comme les hypermarchés qui vendent du non-alimentaire, ainsi qu'Amazon.

La ministre a d'ailleurs appelé à ne pas acheter "des livres sur les plateformes numériques", avant d'ajouter : "Oui, Amazon se gave... A nous de ne pas les gaver". "Il n'y a pas d'avantage à acheter sur une plateforme numérique", a-t-elle estimé, rappelant qu'en France, il existe un "prix unique du livre" grâce "à Jack Lang".

Tout le secteur culturel fermé

D'une manière générale, Roselyne Bachelot a dit souhaiter "que tout le secteur culturel reste ouvert, car il n'y a pas que les librairies. Sont aussi fermés les théâtres, salles de concert, bibliothèques...". "Mais il ne s'agit pas d'arbitrage", a-t-elle ajouté.

"Je suis une mère, une grand-mère, une femme raisonnable, je vois l'épidémie flamber, j'ai vu mes proches mourir en réanimation. Ce jour-là, on a ce sens des responsabilités", a expliqué la ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.