Reconfinement: le patron du Medef dénonce un "acharnement contre les commerces"

Reconfinement: le patron du Medef dénonce un "acharnement contre les commerces"
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à Matignon, le 26 àctobre 2020

AFP, publié le samedi 20 mars 2021 à 09h50

Le président du Medef a dénoncé samedi un "acharnement contre les commerces" après la décision du gouvernement d'un reconfinement de 16 départements, dont ceux d'Ile-de-France, s'inquiétant également d'un retour de la "folie bureaucratique".

Le président du Medef a dénoncé samedi un "acharnement contre les commerces" après la décision du gouvernement d'un reconfinement de 16 départements, dont ceux d'Ile-de-France, s'inquiétant également d'un retour de la "folie bureaucratique".

"On a du mal à comprendre cet acharnement sur les commerces alors qu'énormément d'efforts ont été faits sur le plan sanitaire", a dit Geoffroy Roux de Bézieux sur Europe 1 au sujet de la décision de refermer les commerces dits non essentiels à compter de samedi, pour lutter contre le rebond de l'épidémie de Covid-19.

Le patron du Medef reproche notamment au gouvernement d'incriminer les commerces comme étant des lieux de contamination: "ça vient loin derrière les familles, les entreprises, les proches", a-t-il dit, tout en concédant qu'il y avait des "progrès à faire au moment de la restauration". 

Concernant les critères de fermeture, "la folie bureaucratique va se remettre en place comme au mois de novembre", a-t-il dit, ajoutant ignorer si les magasins de bricolage ou d'électronique d'une surface supérieure à 10.000 m2 resteraient ouverts ou non. 

"Le principe du confinement partiel des commerces ne fonctionne pas", a-t-il tranché, répétant que "ce n'est pas dans les commerces qu'on se contamine". 

Sur le plan macroéconomique, il s'est dit "sceptique" par rapport à la prévision du gouvernement d'une baisse de 0,2 point de PIB en raison de ces nouvelles mesures. "Je pense que ce sera plus fort que ça", a-t-il dit, alors que 90.000 commerces vont devoir baisser le rideau. 

"La clé c'est la vaccination", a-t-il estimé, citant en exemple la Grande-Bretagne, où 25 millions de personnes ont été vaccinées et a pu être mis en place un "calendrier de réouverture des restaurants, à partir de début mai".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.