Reconfinement : le patronat réclame la réouverture des commerces au plus vite

Reconfinement : le patronat réclame la réouverture des commerces au plus vite
La Rencontre des Entrepreneurs de France, LaREF à Paris. Geoffroy Roux de Bezieux.

Boursier.com, publié le mardi 10 novembre 2020 à 12h53

"On ne peut pas passer le mois de décembre avec des magasins fermés. Ce serait un tsunami économique", a prévenu le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux...

L'inquiétude monte pour le patronat... Alors qu'Emmanuel Macron avait annoncé une réévaluation des modalités du reconfinement en fin de semaine, les données sanitaires ne plaident pas en faveur d'une réouverture imminente des commerces dits "non essentiels". Pour autant, les dirigeants des deux organisations patronales CPME et Medef estiment qu'ils doivent pouvoir rouvrir au plus vite.

"La bonne solution, c'est de rouvrir tous les commerces, le plus rapidement possible. On ne peut pas passer le mois de décembre avec des magasins fermés. Ce serait un tsunami économique", a prévenu dans un entretien au 'Monde' le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

Ces réouvertures doivent se faire "peut-être avec des conditions sanitaires plus strictes, peut-être avec des jauges à revoir, peut-être avec un système de rendez-vous", a-t-il suggéré, tout en soulignant que "l'impact va au-delà des commerces".

"La sinistralité va monter en flèche"

En effet, "quand les magasins de jouets sont fermés, ce sont des fabricants qui sont touchés", a alerté le président de l'organisation patronale, qui dénonçait déjà, au lendemain de l'annonce du reconfinement par le président de la République, une "erreur".

Selon son homologue à la CPME, "si on ne rouvre pas dans les prochaines semaines, la sinistralité va monter en flèche". Interrogé sur une réouverture possible au 1er décembre sur 'France Inter' ce mardi, François Asselin estime en effet qu'"il n'est jamais trop tard pour bien faire".

"D'après ce que je sens, je pense qu'il va falloir encore attendre un petit peu plus longtemps. C'est très dur, catastrophique pour certains. En attendant le 1er décembre, il faudra soutenir ces entreprises", a-t-il ajouté.

Des entreprises "nettement plus fragiles" pour le reconfinement

"Pour le deuxième confinement, les entreprises sont nettement plus fragiles. Pour l'habillement, novembre-décembre-janvier avec les soldes, c'est à peu près 40% de l'activité de toute l'année. S'ils ne font pas ce chiffre d'affaires, ils ne pourront pas s'en remettre", poursuit le président de la CPME, qui craint près de 100.000 dépôts de bilan en 2021.

"Le plus important est de donner rapidement un signal, une perspective. Les entrepreneurs ont besoin d'anticiper et d'espoir pour vivre. Il y a un risque que cette colère se tourne vers le gouvernement", a également prévenu Geoffroy Roux de Bézieux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.