Référencement de Taïwan: Cathay et des compagnies américaines cèdent à Pékin

Référencement de Taïwan: Cathay et des compagnies américaines cèdent à Pékin
Pékin avait demandé en avril à 36 compagnies aériennes que Taïwan soit référencé comme appartenant à la Chine

AFP, publié le mercredi 25 juillet 2018 à 10h56

La compagnie hongkongaise Cathay Pacific et plusieurs compagnies américaines ont à leur tour pris des mesures pour accéder aux demandes de Pékin qui exige que Taïwan soit référencé comme appartenant à la Chine, provoquant mercredi l'indignation de Taipei.

Taïwan a condamné des "actions insolentes" de Pékin qui use de son poids politique et économique pour faire pression sur des entreprises étrangères.

"L'existence de Taïwan aux yeux de la communauté internationale est un fait objectif, qui ne disparaîtra pas parce que Pékin supprime Taïwan", a déclaré le ministère taïwanais des Affaires étrangères.

En avril, l'Autorité chinoise de l'aviation civile avait demandé à 36 compagnies aériennes étrangères de respecter les volontés chinoises et de référencer Taïwan comme appartenant à la Chine, fixant à mercredi la date butoir pour qu'elles changent leur site internet. 

La Chine populaire considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l'île est dirigée de façon indépendante depuis 1949. Pékin cherche à l'isoler sur la scène internationale. 

Jusqu'alors, Cathay et sa filiale Dragon Air désignaient Taïwan comme une entité à part entière mais depuis mercredi, leurs sites internet référencent l'île sous l'appellation "Taïwan, Chine" en anglais comme en chinois.

Cathay a expliqué que la compagnie était enregistrée comme appartenant à "la région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine". "Nous devons respecter les règlementations des autorités pertinentes de l'aviation civile", a ajouté la compagnie.

Une porte-parole de la compagnie American Airlines, Shannon Gilson, a de son côté indiqué que son groupe mettait "en oeuvre des changements pour répondre à la demande de la Chine". "Le transport aérien est un secteur d'activité mondial et nous respectons les règles des pays dans lesquels nous opérons", a-t-elle dit dans un courriel à l'AFP.

En mai, Washington avait pourtant dénoncé comme une "absurdité orwellienne" les exigences de Pékin.

Bloomberg News rapporte que quatre compagnies américaines - American Airlines, United Airlines, Delta et Hawaiian Airlines - prévoient de changer leur site internet dans les prochains jours, citant une source proche des discussions.

Mercredi, American Airlines et Delta continuaient de mentionner "Taïwan" en tant qu'entité à part sur certaines parties de leur site internet mais le nom de l'île avait disparu de certaines zones de recherche.

Ainsi, les villes de Taïpei et Kaohsiung n'étaient plus suivies de la mention "Taïwan" dans la recherche des aéroports de départ ou d'arrivée sur les sites d'American.

Des compagnies plus petites de l'ancienne colonie britannique revenue en 1997 sous tutelle chinoise, comme Hong Kong Express et Hong Kong Airlines, ont déjà modifié leur site pour que Taïwan soit suivi de la mention "Chine".

Un nombre croissant de compagnies internationales, comme l'australienne Qantas et Singapour Airlines, référencent déjà Taïwan comme appartenant à la Chine. 

Les relations entre la Chine et Taïwan se sont détériorées depuis l'élection de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. 

La porte-parole du gouvernement de Taïwan Kolas Yotaka a parlé de décision "injuste" et demandé le soutien de la communauté internationale. "Nous continuons à appeler la communauté internationale à ne pas devenir complice du harcèlement de la Chine", a-t-elle déclaré à la presse.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU