Réforme de l'assurance-chômage : un "problème" dans le calcul des allocations, admet Borne

Réforme de l'assurance-chômage : un "problème" dans le calcul des allocations, admet Borne©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 15 avril 2021 à 12h36

La ministre du Travail a promis de réparer cette erreur qui concerne les personnes ayant été en chômage partiel ou en congé maternité...

La ministre du Travail a promis de réparer cette erreur qui concerne les personnes ayant été en chômage partiel ou en congé maternité...

Alors que la réforme de l'assurance-chômage doit entrer en vigueur au 1er juillet, avec un nouveau mode de calcul des allocations, une étude de l'Unédic réalisée à la demande de Force ouvrière et dévoilée début avril, a révélé que les nouvelles règles seront moins favorables aux personnes ayant été en chômage partiel ou en congé maternité

Sur 'CNews' ce jeudi, la ministre du Travail Elisabeth Borne a reconnu "un problème" de calcul lié à la réforme, expliquant qu'"il y a un effet qui ne correspond pas à ce qu'on souhaite". "On n'a pas choisi d'être en activité partielle et donc l'objectif, c'est qu'on ne soit pas pénalisé", a-t-elle souligné.

La ministre a indiqué avoir "demandé à services de prendre contact avec l'Unédic pour qu'on règle ce problème et c'est ce qu'on va faire". "On va le corriger", a-t-elle encore assuré.

Allocation réduite pour près d'1,15 million de demandeurs d'emploi

Le 7 avril dernier, l'Unédic avait dévoilé dans une étude les répercussions de la réforme de l'assurance-chômage, qui était partiellement entrée en vigueur en novembre 2019, et dont certains de ses volets controversés avaient été à plusieurs reprises reportés.

L'organisme paritaire qui gère l'assurance-chômage estime que près d'1,15 million de demandeurs d'emploi pourraient voir leur allocation réduite de 17% en moyenne au 1er juillet, "soit 757 euros sur 14 mois et non plus 915 euros sur 11 mois". Une estimation qui va donc bien au-delà des 800.000 évoqués lors de la précédente analyse en novembre 2020.

"Injuste et totalement anachronique" pour Laurent Berger

En outre, l'étude de cas type réalisée par l'Unédic à la demande de FO montre que les durées de chômage partiel, de congé maladie ou de congé maternité ne seront pas totalement neutralisées, minorant ainsi l'allocation-chômage.

Sur 'RMC' ce jeudi, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, qui conteste le nouveau mode de calcul appliqué au 1er juillet, a jugé la réforme de l'assurance chômage "injuste et totalement anachronique". "On est en pleine crise avec un chômage qui va augmenter et on tape sur les chômeurs. Cela va toucher plus d'1 million de demandeurs d'emplois et des salariés qui vont sortir de congé maternité, ces personnes en activité partielle, tous ceux-là lorsqu'ils vont se retrouver au chômage, ils auront une indemnisation moindre par ce que le gouvernement a fait n'importe quoi", a-t-il alerté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.