Réforme de la SNCF : Philippe Martinez reste en embuscade

Réforme de la SNCF : Philippe Martinez reste en embuscade©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 mars 2018 à 12h19

Comme pour la loi Travail, le gouvernement n'exclut pas de faire passer sa nouvelle réforme sur les transports par ordonnances. Une possibilité qui braque les syndicats et notamment Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT...

Accepter la contradiction

"Nous attendons des nouvelles du Premier ministre... Il ne faut pas uniquement lire les rapports qui nous intéressent, il faut accepter la contradiction et nous souhaitons qu'il nous reçoive pour étudier le rapport", a commenté Philippe Martinez, invité ce lundi matin dans la matinale d'RTL.

Hormis la privatisation de la SNCF, les syndicats sont particulièrement opposés à la suppression du statut de cheminot.

"Pourquoi considérer que c'est à cause du statut qu'il y a des problèmes de trains en retard, de trains qui ne partent pas, de trains qui sont obligés de ralentir ? Le problème de la SNCF, c'est le manque d'investissements", regrette le patron de la CGT.

Grève ou non ? Décision le 15 mars !

Une réunion intersyndicale, destinée à fixer la ligne de route des différents opposants à cette réforme est prévue le 15 mars. Le gouvernement déposera quant à lui mi-mars un projet de loi d'habilitation à procéder par ordonnances et mènera jusqu'à fin avril la concertation sur chaque axe de la réforme.

Un mouvement de grève pourrait alors être lancé par les différents syndicats... S'ils l'espèrent massive, ils risquent de ne pas réussir à mobiliser autant qu'ils le souhaiteraient. Selon un sondage Odoxa, 72% des Français sont favorables à la suppression du statut de cheminot et un peu plus de la moitié des personnes interrogées ne sont pas opposées au passage de cette réforme par ordonnance.

Une réforme soutenue par les Français

La semaine dernière, le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, avait estimé que personne n'avait intérêt à entamer un conflit social dur et qu'une grève serait un "formidable bond en arrière", au moment où la SNCF affiche des résultats satisfaisants pour 2017.

Une idée soutenue par 58% des Français qui pensent qu'une grève à la SNCF est injustifiée, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et 'Le Figaro'. Philippe Martinez devra donc séduire une population qui n'est pas aujourd'hui de son côté, s'il souhaite mobiliser massivement et bloquer complètement le pays...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.