Réforme des retraites : 62 ans et après ?

Réforme des retraites : 62 ans et après ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 22 janvier 2019 à 16h16

Le but serait de valoriser le travail après 62 ans afin d'inciter les salariés à continuer quelques années supplémentaires....

Déjà sous haute tension socialement avec les "Gilets jaunes", le gouvernement va devoir s'attaquer à un des dossiers les plus sensibles du mandat d'Emmanuel Macron : la réforme des retraites et le casse-tête du financement ! Premier obstacle, comment ne pas repousser une nouvelle fois l'âge légal du départ à la retraite sur fond de rallongement de l'espérance de vie ?

Un âge légal minimum inchangé

Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire à la réforme des retraites, propose donc, pour inciter les français à partir à la retraite après 62 ans, de valoriser les années supplémentaires... Les futurs retraités pourraient ainsi bénéficier d'un coefficient majorant leur pension de 3 à 5% chaque année travaillée en plus...

L'objectif serait donc de garder malgré tout l'âge légal à 62 ans... Une manière de ne pas imposer une contrainte supplémentaire aux Français dans un contexte social explosif, mais seulement de les inciter à travailler plus longtemps.

Une réforme attendue

En 2018, les Français ont eu l'occasion de donner leur avis sur la réforme des retraites... Plus de 35.000 contributions ont été recensées sur une plateforme mise en place sur internet.

Le souhait initial du président de la République, Emmanuel Macron, était de mettre en place un régime universel afin d'harmoniser les 42 régimes existants. Une idée que 76,8% des participants approuvent, dans le but de mettre fin aux diverses inégalités de traitement, en particulier avec les régimes en vigueur dans la fonction publique...

Taxe verte

Parmi les points forts qui ressortent de cette consultation, on constate que les répondants souhaitent notamment un minimum de retraite décent financé grâce à des taxes sur les plateformes, les robots ou encore par une "taxe verte"...

Des interrogations persistent en revanche sur le fait de savoir jusqu'où le système doit aller dans la compensation de ce qui relève d'un choix de vie : enfants, études longues, statut professionnel...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.