Réforme des retraites : la mise en oeuvre repoussée pour calmer la grogne ?

Réforme des retraites : la mise en oeuvre repoussée pour calmer la grogne ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 16 octobre 2019 à 20h52

Face à des appels syndicaux à la grève le 5 décembre, la mise en place de la réforme des retraites pourrait être repoussée, voire applicable aux seuls nouveaux entrants pour certaines professions, selon un document dévoilé par 'Les Echos'.

Alors qu'une intersyndicale a appelé mercredi à une action unitaire, le 5 décembre prochain, contre la réforme de la retraite, le gouvernement étudierait un "Plan B" pour calmer la contestation sociale.

Le site internet des 'Echos' affirme ainsi mercredi soir que l'exécutif étudie la piste d'une mise en place différée pour les perdants de la réforme. Dans un document de travail dont le quotidien économique a obtenu copie, la mise en place d'un régime universel par points pourrait être repoussée, voire applicable aux seuls nouveaux entrants pour certaines professions très mobilisées.

Déminer le dossier explosif de l'avenir des régimes spéciaux

Ce "Plan B" n'est qu'une hypothèse parmi d'autres, soulignent 'Les Echos', mais il permettrait de déminer le dossier explosif de l'avenir des régimes spéciaux en répondant notamment aux inquiétudes des syndicats de la RATP et de la SNCF. Ces derniers ont appelé à une grève illimitée à partir du 5 décembre, après un premier débrayage très suivi, le 13 septembre dernier, à la RATP.

Les syndicats des transports ont été rejoints mercredi par la CGT, FO, FSU, Solidaires et quatre organisations de jeunesse, qui ont appelé pour le même 5 décembre à "une première journée de grève interprofessionnelle" contre la future réforme des retraites.

Plusieurs scénarios alternatifs évoqués par Jean-Paul Delevoye

Dans le document coté par 'Les Echos', qui a été communiqué aux partenaires sociaux, le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, rouvre la discussion sur les délais de mise en oeuvre de la réforme. Le gouvernement travaille sur plusieurs scénarios alternatifs à une entrée en vigueur à partir de la génération 1963.

Ainsi, si le schéma préféré demeure officiellement une application à partir de la génération 1963 (qui atteindra 62 ans en 2025), deux autres pistes sont "soumises à la concertation" : repousser la bascule aux "générations postérieures", "voire appliquer la réforme aux nouveaux entrants sur le marché du travail". La dernière hypothèse, que l'on appelle la "clause du grand-père" permettrait de repousser l'application de la réforme suffisamment loin pour que la majorité des personnes ne soient pas concernées, et donc ne se mobilisent pas dans la rue.

Il est possible que les deux options soient panachées pour rendre la réforme plus acceptable, selon le quotidien. Mais en cas de report de la mise en oeuvre pour certaines catégories professionnelles, la période de transition s'annonce particulièrement complexe, souligne le quotidien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.