Relance et fiscalité au menu de l'agenda économique de Biden

Chargement en cours
Joe Biden présente un plan d'action contre le Covid-19, le 23 octobre 2020, à Wilmington dans le Delaware.
Joe Biden présente un plan d'action contre le Covid-19, le 23 octobre 2020, à Wilmington dans le Delaware.
1/5
© AFP, Angela Weiss

AFP, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 12h03

Quand Joe Biden franchira le seuil de la Maison Blanche en janvier 2021, il aura la tâche délicate de remettre en ordre de marche la première économie du monde.

L'économie américaine se remet lentement de la récession historique provoquée par la pandémie de Covid-19. 

Avec des millions de personnes toujours au chômage, la crise économique et sociale a sans doute joué en faveur de l'élection du candidat démocrate au détriment du républicain Donald Trump.

Pendant sa campagne, Joe Biden, 77 ans, a promis d'augmenter le salaire minimum, de refonder la fiscalité, d'investir massivement dans les infrastructures ou encore de réduire les émissions de carbone du pays.

Mais pour y parvenir, il devra d'abord contrôler la pandémie, tout en naviguant au sein d'un Congrès, qui pourrait être divisé avec une courte majorité démocrate à la Chambre et des républicains probablement majoritaires au Sénat enclins à s'opposer à toute proposition du nouvel exécutif démocrate. 

Deux élections spéciales prévues le 5 janvier dans l'Etat de Géorgie détermineront quel parti aura le contrôle du Sénat. 

"C'est un programme politique ambitieux", reconnaît Shai Akabas, responsable de la politique économique au Bipartisan Policy Center.

- Taxer les riches -

Comme l'ancien président Barack Obama, sous le mandat duquel il a occupé le poste de vice-président, Joe Biden prend ses fonctions au moment où l'économie est à la peine.

Pour autant, cela aurait pu être pire sans le plan d'aides de 2.200 milliards de dollars de la loi Cares, adopté en mars, qui a amorti le choc de la crise provoqué par la pandémie. Mais les aides ont commencé à expirer fin juillet sans mesures relais. 

Avant le scrutin du 3 novembre, démocrates et républicains ne sont pas parvenus à voter un autre plan de relance. Et, les obstacles ont peu de chance d'être levés dans les dernières semaines de la présidence Trump.

Le vote d'un nouveau paquet d'aides pourrait donc être l'un des premiers dossiers chauds sur le bureau de Joe Biden en janvier. Le démocrate s'attaquera probablement ensuite à la fiscalité, une constante des présidents américains. 

En 2017, Donald Trump avait ainsi drastiquement réduit les impôts des entreprises et des riches.

Selon Mark Duggan, directeur de l'Institut de recherche sur les politiques économiques de Stanford, Joe Biden va prendre le contre-pied en augmentant les impôts des plus grandes entreprises du pays et des personnes gagnant plus de 400.000 dollars par an. 

"Pour l'Américain moyen, les changements de politique fiscale seront assez minimes", dit-il. En revanche, "pour les personnes à revenus élevés, ils seront assez importants".

- Opposition -

Cette hausse des impôts sur les riches pourrait dégager de nouvelles sources de revenus à court terme mais déprimer in fine l'activité et saper les avantages d'un plan de relance, avertit Kyle Pomerleau, de l'American Enterprise Institute. 

"Il ne serait pas sage de prendre des mesures pour stimuler l'économie et d'en atténuer les effets en augmentant fortement les impôts sur les employeurs", souligne-t-il.

La feuille de route pour l'économie de Biden, les "Bidenomics", inclut par ailleurs 1.300 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures, l'augmentation du salaire minimum à 15 dollars de l'heure, des congés maladie et familiaux payés ainsi qu'une politique "Buy American" destinée à stimuler la production nationale américaine. 

Certains de ses collègues démocrates pourraient aussi exiger une action plus agressive de la nouvelle administration en matière de santé. 

Sur le plan extérieur, Joe Biden devra trouver un moyen d'unir le parti sur la politique commerciale alors que le pays est empêtré dans des conflits avec l'Europe et la Chine.

Selon la banque d'investissement JP Morgan, Joe Biden va probablement s'attaquer à la politique intérieure avant de se concentrer sur le commerce. Il s'efforcera probablement d'apaiser les tensions avec Pékin sans toutefois modifier immédiatement l'accord bilatéral.

Quand il agira, ce sera de concert avec ses alliés en Europe contrairement à l'approche unilatérale de Donald Trump. 

"L'administration Biden va continuer de découpler les liens technologiques avec la Chine, mais elle le fera systématiquement au sein des structures de la réglementation nationale et internationale", souligne la banque dans un rapport.

Autre difficulté majeure pour l'administration Biden: le déficit budgétaire, qui a grimpé en flèche à 3.100 milliards de dollars au cours du dernier exercice clos le 30 septembre, en raison des dépenses d'urgence liées au coronavirus.

M. Duggan, un ancien de l'administration Obama, souligne que les réductions d'impôts adoptées sous Trump avaient déjà gonflé le déficit avant la pandémie mais il reconnaît que l'augmentation des prélèvements sur les hauts revenus ne suffira pas à le réduire.

Et si la pandémie a rendu acceptables les dépenses de l'Etat, la réduction du déficit et de la dette pourrait à moyen terme redevenir cruciale surtout si la banque centrale remontait les taux d'intérêt.

L'obstacle le plus grand pourrait s'avérer les républicains s'ils conservent leur majorité au Sénat. Si Joe Biden n'obtient pas la majorité au Sénat, nombre de ses projets risquent tout simplement d'être retoqués.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.