Rentrée : le coût de la vie étudiante progresse encore

Rentrée : le coût de la vie étudiante progresse encore©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 20 août 2018 à 12h15

Après une hausse de plus de 2% l'an dernier, le coût de la rentrée va encore monter en cette rentrée pour les étudiants : +1,31% selon le syndicat UNEF. "Ainsi, 56% des étudiants (le voient) augmenter plus fortement que l'inflation. Les étudiants s'appauvrissent donc bien plus vite que le reste de la population", peut-on lire dans un communiqué publié lundi.

Une fois les différentes aides possibles empochées (APL, bourses sur critères sociaux...), le reste à charge s'élève à 837,72 euros par mois, selon les calculs de l'UNEF, soit une hausse de 129,59 euros. "Pour financer cela les étudiants sont donc dépendants, soit de la solidarité familiale, soit d'un emploi salarié à cumuler avec leurs études", expliquent les auteurs de cette enquête. Ils rappellent au passage que plus de 73% des jeunes sont exclus du système de bourse.

Les loyers augmentent

L'augmentation du coût de la vie s'explique principalement par celles des prix des loyers et des transports en commun dans un certain nombre de villes universitaires. Huit villes cumulent ces deux hausses : Lille, Nantes, Toulouse, Lyon, Saint-Etienne, Nancy, Angers et Rouen.

Le logement représente 54% du budget des étudiants, et ce poste ne risque pas de s'alléger, puisque 34 villes universitaires voient leurs loyers augmenter (+1,21% en moyenne dans les grandes villes et +0,67% en moyenne pour la France métropolitaine). Certaines sont en première ligne : +2,85% à Lyon, +2,50% à Poitiers ou encore +1,36% à Lille (suite à l'annulation de l'encadrement des loyers dans la ville).

Les transports aussi

Le prix des transports est également un poste de dépense important. Pourtant, dix agglomérations (en incluant l'Ile-de-France) proposent des tarifs au-dessus de la moyenne nationale qui est de 269,49 euros. Seules six municipalités ont développé des tarifs de transport moins élevés pour les étudiants boursiers : Reims, Strasbourg, Amiens, Nancy, Metz et Brest.

La taxe d'habitation représente également une charge importante pour ceux qui vivent dans le parc privé, puisqu'elle coûte en moyenne 190,96 euros, soit une augmentation de 0,085% par rapport à l'année dernière. Si certaines communes l'ont gelée cette année, à Bordeaux il faudra débourser 241,92 euros, ou 207,84 euros à Poitiers.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.