Reprendre la dette des hôpitaux ? "Tout est ouvert", estime Bruno Le Maire

Reprendre la dette des hôpitaux ? "Tout est ouvert", estime Bruno Le Maire©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 18 novembre 2019 à 09h58

"Je suis ouvert à toutes les solutions du moment qu'elles sont rapides, efficaces, et qu'elles concernent les personnels hospitaliers en priorité", déclare le ministre des Finances.

Le gouvernement doit présenter mercredi un "plan d'urgence" en faveur de l'hôpital public avec notamment un investissement "plus fort et plus massif" qu'initialement prévu. Un réponse de l'exécutif aux blouses blanches, qui ont de nouveau manifesté la semaine dernière - le mouvement social dure depuis huit mois.

Bruno Le Maire n'a pas exclu dimanche une reprise de la dette des hôpitaux publics. "Tout est ouvert", a déclaré le ministre de l'Economie sur BFM TV, confirmant que Bercy ne ferme plus la porte à une reprise partielle ou totale de cette dette, qui s'élève à 30 milliards d'euros.

"Nous mettrons le paquet"

"Nous mettrons le paquet sur l'hôpital", a promis Bruno Le Maire. "Nous ne compterons pas notre effort. (...) Je ne peux pas vous dire ce que cela représentera."

"Je suis ouvert à toutes les solutions du moment qu'elles sont rapides, efficaces, et qu'elles concernent les personnels hospitaliers en priorité", a ajouté le ministre de l'Economie.

Montant, calendrier et modalités

Assurant avoir entendu "la colère" et "l'indignation" des personnels hospitaliers, Emmanuel Macron a annoncé jeudi que le plan promis par la ministre de la Santé Agnès Buzyn serait dévoilé par le Premier ministre Edouard Philippe qui en précisera l'"ampleur, les montants, le calendrier et les modalités techniques".

Ce plan "conséquent", a ajouté le président de la République, redonnera des "marges de manoeuvres financières" à l'hôpital.

Bruno Le Maire a précisé que des discussions auraient lieu lundi ou mardi entre les ministres concernés. "Bercy est parfaitement lucide sur la nécessité qu'il y a, après des années d'efforts (..) de donner désormais aux hôpitaux les moyens de fonctionner", a déclaré le ministre de l'Economie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.