Restructuration chez Carrefour Belgique: 24 hypermarchés fermés en signe de protestation

Restructuration chez Carrefour Belgique: 24 hypermarchés fermés en signe de protestation

Des syndicalistes et des clients devant les grilles baissées de l'hypermarché Carrefour Belle Ile près de Liège, le 25 janvier 2018

AFP, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 11h47

Vingt-quatre des 45 hypermarchés de Carrefour Belgique sont restés portes closes vendredi matin, témoignant de la mobilisation du personnel au lendemain de l'annonce d'un vaste plan de restructuration par la direction de la filiale belge du groupe français.

"C'est une décision du personnel et des partenaires sociaux (...) Le consommateur est obligé d'aller chercher ses produits ailleurs", a déclaré à l'AFP Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour Belgique.

Il a précisé que des réunions étaient en cours dans "certains" hypermarchés entre personnel et membres de la direction afin de débloquer la situation.

Mais des responsables syndicaux ont déjà fait savoir que des fermetures pourraient se prolonger au moins tout le week-end, selon l'agence Belga.

Carrefour Belgique a annoncé jeudi envisager 1.233 suppressions d'emplois --dont 1.053 dans les magasins-- dans le cadre d'"un plan de transformation" pour s'adapter à une concurrence effrénée dans la grande distribution.

Deux hypermarchés "déficitaires", dans la banlieue de Liège (est) et à Genk dans le Limbourg (nord-est), vont fermer, a-t-il été précisé.

En signe de protestation, 24 hypermarchés et trois supermarchés sont restés fermés vendredi matin sur un total de 785 magasins Carrefour en Belgique, selon M. van Outryve.

Les 24 hypermarchés fermés représentent près de la moitié du parc d'hypermarchés (45) dans le pays.

"Je suis en état de choc", a confié au journal L'Echo une caissière de l'hypermarché d'Angleur, près de Liège, qui est voué à disparaître.

"Je savais qu'il allait y avoir des changements, des restructurations. Mais pas la fermeture du magasin", a-t-elle ajouté, soulignant l'incertitude planant sur les salariés: "Serons-nous licenciés? Reclassés?".

Cette nouvelle restructuration chez Carrefour Belgique, la "troisième depuis le rachat de (la chaîne) GB en 2007" relevait L'Echo, faisait la Une vendredi de tous les journaux, francophones et flamands.

"Carrefour sacrifie ses employés", titrait par exemple le quotidien Le Soir en Une, avec une photo sur cinq colonnes montrant deux salariées dans les bras l'une de l'autre pour se consoler.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Restructuration chez Carrefour Belgique: 24 hypermarchés fermés en signe de protestation
  • avatar
    circinellu -

    Vive l'Europe et la mondialisation, j'espère qu'il y en aura encore plus qui vont fermer et cela montrera le vrai visage des adorateurs de notre Dieu.

  • avatar
    philou88c -

    Les supermarchés ont tué les petits commerçants et bien c'est à leur tour de crever.

  • avatar
    ajlbn -

    Bravo les salariés Belges! Bravo les salariés des autres pays qui vont faire pareil! Se défendre, résister! N'en déplaise aux rapaces, genre Tueur-ex-Mafiosi - qui spéculent sur les licenciements massifs pour gagner encore plus sur la misère! Des gens capables d'écorcher un pou pour en avoir la peau!

  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :
    Inondations en France : le ras-le-bol des habitants de villages exposés
    Statut : en attente de publication
    Il y a 7 minutes
    Tous les ans c'est pareil! On découvre qu'après les pluies et la fonte des neiges, il y a des inondations! Etonnant, non? On construit année après année dans des zones humides, sur des terres d'extension des crues, on supprime les haies, les talus, on comble les fossés et les étiers, on abat des bosquets "pompes à eau", on autorise des lotissements densifiés, ce qui réduit les surfaces d'absorption des pluies. Dans certaines régions, des communes imposent des "bassins d'orages" dans chaque lotissement, et veillent au bon drainage des parcelles, (que certains propriétaires dallent généreusement ou cimentent plus que de raison), et à l'état fonctionnel des fossés collecteurs.
    Comme chaque année, en altitude, on encaisse les dividendes de l'or blanc. On mise sur les stations, mais on néglige les conséquences des fontes des neiges et on laisse les lieux de moindre altitude, puis les plaines se débrouiller avec les suites évidentes et répétées. Il serait logique de prélever une taxe sur les bénéfices engrangés pour traiter les problématiques de fontes. Toujours la vision partielle et l'absence de vision globale, d'étude d'impacts indépendante des lobbys, incluant "la fin de vie du produit neige", et les résultats de pluies abondantes, et les évacuations naturelles et aménagements de lissage, souvent jusqu'à la mer. Dégager les torrents, cascades, curer les cours d'eau, prévoir des retenues et bassins, à suffisance le long des versants, s'assurer de la présence de zones d'extensions de crues non obstruées, vérifier les digues, etc... Un vrai métier de la maîtrise de l'eau, pouvant préconiser des petites zones de stockage en zones humides, bien utiles pour les périodes de sécheresse.
    Et à chaque catastrophe, l'eau monte, inonde des villages, des villes, provoque des drames, des morts, et l'homme ne tire pas les vraies conséquences, car des intérêts financiers sont prioritaires pour certains. Aux assurances de régler(partiellement) et à nos primes d'augmenter, à nous tous, solidaires, même si non concernés et non bénéficiaires de retombées positives des sports d'hiver.
    Nous avons payé des fortunes pour des grands bassins de régulations, qui juré, régleront le problème des crues sur Paris, comme celui du Der. Il serait peut-être bon d'examiner si son utilisation comme base nautique n'a pas influé sur son utilité première, vu les nouveaux risques en région parisienne
    08- fois censuré-repassé

    avatar
    circinellu -

    On s'en fout de Paris, Hidalgo doit être contente moins de VL dans les rues pour le reste, pensons aux JO et à toutes les festivités qui nous attendent, soyons positifs.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]