Retraite : le Medef propose de porter l'âge légal de 62 à 64 ans

Retraite : le Medef propose de porter l'âge légal de 62 à 64 ans©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 avril 2019 à 23h45

L'organisation patronale a proposé jeudi de relever l'âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d'ici 2028. Une réforme qui permettrait à la fois d'assurer l'équilibre comptable du système et de financer la dépendance, selon son président.

La récente polémique sur l'âge légal de la retraite est loin d'être close, à l'approche de la grande réforme promise par Emmanuel Macron. Le Medef a apporté jeudi sa contribution à la réflexion, en proposant de relever l'âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d'ici à 2028.

Alors que le projet de réforme confié au haut-commissaire, Jean-Paul Delevoye, prévoit de maintenir l'actuel âge d'ouverture des droits, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a estimé jeudi qu'"il faut sortir du mensonge par omission de la retraite à 62 ans".

Dans les faits, l'âge moyen de départ à la retraite des salariés du secteur privé a augmenté l'an passé en France. Il atteint désormais 62,7 ans, deux mois de plus qu'en 2017.

Allonger d'un trimestre par an jusqu'en 2028

Selon le patron des patrons, cette réforme permettrait d'assurer l'équilibre comptable du système et de financer la réforme de la dépendance. "Nous proposons, à partir de 2020, de procéder au relèvement de l'âge légal de 62 à 64 ans, sur huit ans, à raison d'un trimestre par an", a ainsi déclaré M. Roux de Bézieux lors d'une conférence de presse.

Cette mesure générerait, selon l'organisation patronale, 17 milliards d'euros de "ressource nette", en tenant compte du surplus de cotisations, de pensions plus tardives mais plus élevées, ainsi que de la hausse prévisible des dépenses liées au chômage, à la maladie et à l'invalidité.

Le report de l'âge plus efficace qu'un système de décote-surcote

Cette manne "permettrait de faire deux choses: la prise en charge de la dépendance et l'adaptation de l'offre de soins aux pathologies du vieillissement", a ajouté le responsable patronal. En outre, sur le plan financier, "l'équilibre des retraites est atteint si on arrive à un âge effectif de départ de 64 ans. L'important c'est d'y arriver", a expliqué le vice-président du Medef Claude Tendil.

Le Medef privilégie un report de l'âge légal à un mécanisme de décote-surcote dont "l'effet financier est beaucoup moins fort", a estimé Geoffroy Roux de Bézieux, qui a ajouté que "si on ne fait rien, le régime tombera dans le rouge dès l'année prochaine".

Des mesures pour les seniors et le retour à l'emploi des chômeurs

Conscient qu'une personne sur deux qui liquide actuellement ses droits à la retraite n'est plus en emploi, le Medef fait aussi des propositions favorisant l'emploi des seniors. L'organisation patronale suggère ainsi que le cumul emploi retraite permette de continuer à se constituer des droits et ainsi d'augmenter sa future pension, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

Il souhaite aussi mieux faire connaître la retraite progressive, qui permet de cumuler une activité professionnelle à temps partiel et la perception d'une partie de sa future pension. L'organisation veut aussi développer les dispositifs d'accompagnement des seniors dans leur évolution de fin de carrière.

Le Medef propose aussi des meures pour encourager les chômeurs à reprendre une activité même si le salaire proposé est moindre que celui qu'ils percevaient précédemment. Dans ce cas, Pole Emploi pourrait leur verser une aide financière qui "compenserait le différentiel entre le nouveau salaire et l'ancien", a indiqué Geoffroy Roux de Bézieux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.