Retraites : 68% des Français soutiennent toujours le mouvement

Retraites : 68% des Français soutiennent toujours le mouvement
Grèce décembre retraite

Boursier.com, publié le lundi 09 décembre 2019 à 10h00

A la veille de la première journée de grève, 69% des Français affirmaient déjà soutenir le mouvement.

Malgré les perturbations, le soutien aux grévistes ne faiblit pas... En effet, alors que le trafic restera très fortement perturbé en ce début de semaine, 68% des Français disent toujours soutenir le mouvement de grève contre la réforme des retraites, selon le baromètre Harris Interactive pour 'RTL' publié lundi.

Ainsi, plus des deux tiers des personnes qui utilisent des transports en commun pour aller au travail sont derrière les grévistes, qui étaient au moins 800.000 dans la rue jeudi dernier.

"À la veille de la première journée de mobilisation, organisée jeudi 5 décembre, 69% des personnes interrogées disaient soutenir le mouvement", rappelle 'RTL' sur son site.

Trafic fortement perturbé

Dans le détails, 80% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen restent opposés à la réforme et sont "opposés au pouvoir en place plus globalement".

Le soutien à la grève reste majoritaire, alors que le trafic restera très fortement perturbé en début de semaine dans les transports. Pour rappel, l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU et quatre organisations de jeunesse ont appelé à une nouvelle journée de grèves et de manifestations mardi.

La SNCF a notamment indiqué assurer "entre 15% à 20%" de son trafic habituel, soit un TGV et un Transilien sur cinq, trois liaisons TER sur dix (essentiellement assurées par bus), un train Intercités sur cinq et un trafic international "très perturbé". En Île-de-France, plus de 600 kilomètres de bouchons ont été enregistrés lundi, aux alentours de 8 heures.

Edouard Philippe "déterminé" à mener la réforme "jusqu'à son terme"

Par ailleurs, le gouvernement entend bien mettre fin aux régimes spéciaux. "Je suis déterminé à mener la réforme à son terme et très soucieux de le faire en respectant les gens et en répondant à leurs inquiétudes", a affirmé Edouard Philippe au 'JDD'. "Si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd'hui, quelqu'un d'autre en fera une demain brutale, vraiment brutale", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre doit également dévoiler mercredi, "l'architecture générale" du projet du gouvernement, qu'il exposera "avec beaucoup de détails".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.