Retraites : après FO, la CGT claque la porte de la conférence de financement

Retraites : après FO, la CGT claque la porte de la conférence de financement©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 03 mars 2020 à 14h18

Philippe Martinez a officialisé la décision du syndicat ce mardi de quitter la conférence de financement, dénonçant notamment "une mascarade".

La table des négociations se fait de plus en plus vide... Alors que Force Ouvrière (FO) a annoncé lundi se retirer de la conférence de financement, qui doit permettre de ramener à l'équilibre le système de retraite d'ici à 2027, la CGT a décidé à son tour de rendre officiel sa sortie de la table des négociations. Pour rappel, le syndicat avait annoncé son départ de la conférence mi-février, avant de faire marche arrière.

"Nous avons décidé hier soir d'officialiser notre départ de la conférence de financement puisque nous avons des propositions au gouvernement, nous avons écrit au Premier ministre, et la réponse a été samedi le 49-3", a affirmé le secrétaire général de la Confédération générale du travail, Philippe Martinez, au départ d'une manifestation contre le projet gouvernemental de réforme des retraites à Marseille.

Samedi dernier, le gouvernement avait en effet annoncé le recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter sans vote le projet de loi ordinaire sur la réforme en première lecture. Deux motions de censure sont débattues ce mardi, la première émanant du groupe Les Républicains et la seconde de l'opposition de gauche composée de La France insoumise, du Parti communiste et du Parti socialiste.

"Des contraintes inacceptables" selon FO

Considérée comme "une mascarade" par la CGT, cette conférence, proposée par le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, doit permettre aux partenaires sociaux de trouver des alternatives à l'âge pivot pour équilibrer le futur système de retraite universel par points. Etat et partenaires sociaux doivent toujours trouver d'ici fin avril un accord pour combler un déficit estimé à terme à 12 milliards d'euros par an.

De son côté, FO a dénoncé des "contraintes inacceptables, comme le refus de mesures, conduisant à augmenter le coût du travail, autrement dit le refus de l'hypothèse de l'augmentations des cotisations".

Poursuite de la mobilisation

Parallèlement, l'intersyndicale a d'ores et déjà annoncé qu'elle organiserait sa propre conférence. "Nous allons faire une conférence de financement, une vraie ! Elle se tiendra le 24 mars à Paris, au Conseil économique social et environnemental" (Cese), a annoncé Philippe Martinez.

Pour faire pression, le syndicat compte également sur la poursuite de la mobilisation et prévoit un "rendez-vous important" le 31 mars, "dans l'unité des organisations syndicales". "Personne n'est fatigué et rien n'est terminé !", a assuré le secrétaire général de la CGT.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.