Retraites complémentaires : la fusion Agirc-Arrco sur les rails

Retraites complémentaires : la fusion Agirc-Arrco sur les rails©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 17 novembre 2017 à 20h18

Face au déséquilibre financier qui menaçait le système des retraites complémentaires, les partenaires sociaux avaient adopté dès octobre 2015 le principe d'une fusion entre l'Agirc (pour les salariés cadres) et l'Arrco (pour les salariés non-cadres). Après deux ans de négociations, ils sont parvenus vendredi à un accord sur les modalités de cette fusion, qui sera mise en oeuvre au 1er janvier 2019.

Le négociateur pour le Medef, Claude Tendil a qualifié l'accord de "très satisfaisant". "On a sauvé le paritarisme, les retraites complémentaires, mis en place un système de pilotage qui me paraît performant", a-t-il ajouté à l'issue de la rencontre.

Les complémentaires représentent entre 25% et 66% des pensions du privé

Claude Tendil a précisé que l'accord permettait aux partenaires sociaux de disposer d'un "matelas de réserves de plusieurs dizaines milliards qui permet de rassurer les gens". Ces réserves sont estimées à 60 milliards d'euros. En 2015, les régimes Agirc et Arrco ont enregistré un déficit global de 3,02 milliards d'euros, qui a été réduit à 2,24 MdsE en 2016.

Les deux caisses Agirc et Arrco, gérées par les partenaires sociaux, assurent à 12 millions de retraités un complément de revenu représentant 25% à 50% de leur pension, voire les deux tiers pour des cadres supérieurs. Elles versent chaque année environ 75 MdsE aux bénéficiaires.

Un bonus-malus incitant à travailler jusqu'à 63 ans

Concrètement, le système sera désormais piloté différemment : chaque année, le conseil d'administration pourra réévaluer les paramètres servant à calculer la valeur des allocations en fonction de la situation économique, de l'évolution démographique et de la masse salariale. Les partenaires sociaux assurent néanmoins avoir prévu des "garde-fous" pour éviter que les pensions ne diminuent de façon automatique.

Par ailleurs, il sera créé un système de bonus-malus (appelé "coefficient de solidarité") pour inciter les salariés a travailler plus longtemps, au-delà de l'âge légal de départ à la retraite. Ainsi, s'ils partent en retraite à l'âge légal (62 ans), les cotisants verront leur pension complémentaire amputée de 10% par rapport au taux plein pendant trois ans (sauf pour ceux qui sont exonérés de CSG). Ce malus disparaîtra si le cotisant travaille une année de plus, jusqu'à 63 ans donc, et se transformera en bonus à partir de deux ans d'activité supplémentaires (au-delà de 64 ans).

CFDT et CFE-CGC favorables, la CGT et FO opposées

Du côté des syndicats, la CFDT a estimé que ce régime unique assurera un cadre "plus solide, plus solidaire et piloté de façon plus transparente et cohérente". La CFE-CGC soutient également le texte. En revanche, Force ouvrière, qui n'était pas signataire de l'accord en 2015, a laissé entendre qu'encore cette fois, elle ne signerait pas le texte.

Quant à la CGT, elle craint que les pensions complémentaires puissent être revues en baisse, et qu'elles deviennent "la variable d'ajustement" pour assurer "l'équilibre financier" du régime. La CGT prendra sa décision finale sur le texte mardi prochain, mais les négociateurs "donneront un avis défavorable", ont-il fait savoir.

 
4 commentaires - Retraites complémentaires : la fusion Agirc-Arrco sur les rails
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug .....
    référence à l'article :

    Les lourds chantiers de Castaner à la tête d'En marche
    Statut : refusé
    Il y a 12 minutes
    le 18 11 2017 à 17 53

    Avec des résultats à cette "élection" (moderne et en totale opposition à ces anciennes primaires) ou ses nombreux contradicteurs ont du se soumettre à la dure loi de la démocratie, M. Castaner peut se draper dans un beau costume d'utopie et personne ne remarquera en lui un prodigieux et insoupçonnable propagandiste de l'esclavagisme totalitaire.

  • avatar
    cssr -

    macron tes pas foutu, le peuple n est pas dans la rue

    avatar
    phdsad -

    Attendez les effets réels pervers des réformes à sens unique rétorsions économiques quand dès janvier tous les salaires du secteur privé et commerces seront ponctionnés déjà de la CSG (pris sur la totalité du salire BRUT sans limite du plafond de sécu et qu'en parallèle la soi disant exonération claironnée (pommade enfumage électoral)ne devenat qu'un banal allègement étalé en 2 voir x..fois et surtout ne portant que sur une partie infime des cotisations à peine sur 3,15 % qui en partie est basée et limitée au plafond de sécu et surtout quel portion de ses 3,15 %??forcément la CSG ponctionnée seras plus importante et étant donné le train de hausses faramineuses démesurées de minimum 5 à 20 % dans nombreux domaines (énergies /carburants /transports /poste etc etc etc etc etc etc etc etc sans compter les hausses vertigineuses des taxes d'habitations (dont le 1er tiers ne seras qu'effectif qu'en nombre 2018 et qui ne couvriras même pas ou à peine les hausses en % de celle 2017 et celle qui seras faite en 2018 donc un tiers de baisse pour que dalle)et foncières

  • avatar
    chacal1358 -

    et pourquoi pas jusqu'à 80ans ou + pour un politique 63 ans c'est rien ,mais pour un salarié qui se salit les mains qui travail a la chaine ,qui travail en usine mais dans un atelier ,c'est pas facile et cela au bout d'un certain nombre d'années ont fatiguent, pas comme certains qui n'ont jamais travaillés ou peu

    avatar
    pigeonxxl38 -

    Mafiosi le trollichon de service la vieille feignasse de 35 berges qui dispose 7/7 jours non stop d'un tribune spéciale ultra libérale sur orange finances actualités lui le grand branleur patenté comme le Fillon il voudrait faire gratter les gens jusqu'à 65 berges pour commencer voir beaucoup plus si affinité , mais ou il est le plus fort ce bouffon illuminé et probablement commandité c'est quand il claironne que tous les jours avec ses actions il en ramasse a la pelle qu'il est obligé de placer des ridelles pour les entasser et d'éviter d'en semer ...

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    c'est toujours important de ne pas se laisser impressionné par la censure !

    on s'offusquait hier encore en Seine-et-Marne qu'un professeur ait pu avoir une relation avec une élève de 14 ans
    et pourtant...
    Par le passé je crois qu'il y a une prof qui a eu des relations avec son élève qui s’appelait Emmanuel ! et la prof est aujourd'hui suspendue à un autre type d'avenir ! comme quoi la justice et la morale sont fonctions de considérations qui sont loin de la .....morale !

    On en vient même à décréter une morale officielle et puis celle pour les autres...et pendant le temps ou on parle de morale on ne parle plus des vrais problèmes, n'est-ce pas !

    L'affaire Weinstein semble être arrivée au bon moment, heureuse coïncidence !

    avatar
    amigo -

    vous avez certainement raison!.. mais avant c'était avant! et tout varie en fonction des personnes concernées.. la France restera la France avec ses défauts et ses qualités souvent difficiles à expliquer

    avatar
    phdsad -

    Et oui et ce n'est pas vraisemblablement le seul cas et pas qu'à l' éducation nationale et pas qu'à sens unique

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]