Retraites : EDF a déposé "80 ou 90 plaintes" après des coupures de courant

Retraites : EDF a déposé "80 ou 90 plaintes" après des coupures de courant
PDG de EDF

Boursier.com, publié le lundi 17 février 2020 à 11h13

Le président-directeur général du groupe Jean-Bernard Lévy a estimé que les actions de la CGT-Energie, qui ont entraîné des coupures de courant depuis début décembre, devaient être condamnées.

EDF n'a pas l'intention de laisser passer les coupures de courant... Alors que l'examen de la réforme des retraites a débuté ce lundi à l'Assemblée nationale, le président-directeur général du groupe Jean-Bernard Lévy, invité du "Grand Rendez-vous" sur 'Europe 1', est revenu sur les actions de la CGT-Energie. Il a assuré que "80 ou 90 plaintes" ont été déposées, "là où il y a eu des coupures d'électricité" lors du mouvement contre la réforme des retraites, qui a débuté le 5 décembre dernier.

"Les coupures de courant, il faut les condamner. Les Français ont droit à avoir de l'électricité en permanence", a affirmé le PDG, précisant que "certaines de ces coupures ont touché de maisons de retraite, des cliniques, des hôpitaux...".

Dernièrement, la CGT-Energie a revendiqué une coupure d'énergie géante, survenue fin janvier au sud de Paris, et qui avait affecté environ 35.000 clients Enedis. L'exécutif avait fermement condamné ces actions, les qualifiant de "scandaleuse et irresponsable".

Dépôt de plainte "systématique"

"Il est indiscutable que certains salariés d'EDF peuvent se sentir proche de ce que revendiquent les Gilets jaunes. Mais il n'y a pas eu d'actions violentes. Seulement des abus qui nous ont conduit à porter plainte", a affirmé le PDG, rappelant que "l'immense majorité des salariés d'EDF est au travail".

Jean-Bernard Lévy a par ailleurs prévenu que "le dépôt de plainte d'EDF est systématique". "Les mouvements sociaux ont conduit à des coupures et à des baisses de production", a-t-il affirmé, précisant que le coût des grèves, coupures, blocages et baisses de charge avait été "absorbé à l'intérieur des comptes" du groupe.

"L'heure est à la concertation"

Après plus de deux mois de mouvement social, "l'heure est à la concertation pour accompagner des discussions qui ont lieu actuellement au Parlement sur la loi sur les retraites", a-t-il déclaré, ajoutant : "Nous avons engagé des discussions, dans l'entreprise, de manière à engager le passage du système actuel au système universel".

Jean-Bernard Lévy a rappelé qu'EDF bénéficie actuellement d'un "régime de retraite spécial, deux fois spécial : parce que ce n'est pas le régime général et parce qu'il ne coûte rien aux Français". Un régime qu'il juge "équilibré, ni excédentaire, ni bénéficiaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.