Retraites : Jean-Paul Delevoye a "pensé" à quitter le gouvernement

Retraites : Jean-Paul Delevoye a "pensé" à quitter le gouvernement©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 13 décembre 2019 à 14h37

Au coeur de la polémique, le "monsieur retraites" du gouvernement avoue avoir songé à démissionner pour ne pas mettre la réforme des retraites en péril.

L'heure des aveux a sonné pour Jean-Paul Delevoye... Dans un entretien accordé à 'Libération', le haut-commissaire aux Retraites a assumé avoir continué à occuper d'autres postes après son entrée au gouvernement. Or, la Constitution interdit "toute activité professionnelle" aux membres du gouvernement. Il a avoué notamment avoir pensé à démissionner en raison de la polémique qui a éclaté suite à ces révélation.

"Je mesure tout à fait la perte de crédit, qui d'ailleurs est douloureuse à vivre", a-t-il confié, assurant également avoir "pensé" à démissionner pour ne pas être "une source de fragilisation de la réforme" des retraites.

Jean-Paul Delevoye, dans le tourmente depuis les révélations du 'Parisien' lundi dernier sur sa déclaration d'intérêts, s'est également dit prêt à en tirer "les conséquences".

"Des amalgames curieux"

Pour rappel, le "monsieur retraites" de l'exécutif est accusé de conflit d'intérêt avec le milieu des assurances. Jean-Paul Delevoye a été administrateur bénévole de l'Ifpass (Institut de formation de la profession de l'assurance). Il occupait ce poste depuis 2016 mais ne l'avait pas déclaré.

Il a aussi perçu des rémunérations perçues au titre de ses activités au sein du groupe de formation IGS malgré son entrée au gouvernement en septembre. Toutefois, '"il y a des amalgames curieux, lorsqu'on essaie de me faire passer pour un défenseur des assureurs", a estimé Jean-Paul Delevoye.

"Si j'ai touché une rémunération, c'est pour un travail concret dont je suis fier"

Le haut-commissaire, qui avait déclaré à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) cette fonction, pour laquelle il était payé 5.368 euros net par mois, a expliqué avoir découvert ces derniers jours que ce cumul de rémunérations n'était pas autorisé.

"Si j'ai touché une rémunération, c'est pour un travail concret dont je suis fier. Je l'ai conservée quand j'ai été nommé haut-commissaire, puis quand je suis devenu membre du gouvernement, ce qui, je l'ai appris depuis, n'était pas autorisé", a-t-il affirmé.

Jean-Paul Delevoye a déjà remboursé mercredi ce qu'il avait gagné depuis son entrée au gouvernement. Il s'est également engagé à rembourser les montants perçus depuis sa nomination au poste de haut-commissaire chargé de la réforme des retraites le 14 septembre 2017, comme l'avait indiqué 'Libération'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.