Réunion glaciale en Alaska entre les diplomates chinois et américains

Réunion glaciale en Alaska entre les diplomates chinois et américains©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 19 mars 2021 à 20h30

Concernant les relations avec la Chine, Joe Biden marche dans les pas de son prédécesseur Donald Trump. La première réunion diplomatique entre les deux géants économiques s'est déroulée dans une ambiance de guerre froide.

Concernant les relations avec la Chine, Joe Biden marche dans les pas de son prédécesseur Donald Trump. La première réunion diplomatique entre les deux géants économiques s'est déroulée dans une ambiance de guerre froide.

Le changement de président aux Etats-Unis n'a pas modifié la politique de défiance mutuelle entre Washington et Pékin. Deux mois après la prise de fonction de Joe Biden à la Maison Blanche, les deux plus grandes puissances économiques mondiales ont étalé leurs divergences, jeudi et vendredi, à l'occasion de la première rencontre entre les chefs de la diplomatie chinoise et la nouvelle équipe américaine à Anchorage, en Alaska.

Les Etats-Unis et la Chine ont ainsi fait état de désaccords irréconciliables lors de ce premier face-à-face diplomatique. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a déclaré "de profondes inquiétudes au sujet des actes de la Chine s'agissant du Xinjiang", où Washington accuse Pékin de "génocide" contre les musulmans ouïghours, et au sujet "de Hong Kong, de Taïwan, des cyberattaques contre les Etats-Unis et de la coercition économique contre nos alliés".

Un climat de nouvelle guerre froide

"Chacune de ces actions menace l'ordre basé sur le droit qui préserve la stabilité mondiale", a martelé le secrétaire d'Etat américain.

Le conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, a assuré que les Etats-Unis ne voulaient pas d'un "conflit" avec la Chine, mais étaient "ouverts à une compétition rude".

Côté chinois, le chef de la diplomatie Yang Jiechi a appelé Washington à "abandonner la mentalité de Guerre froide" et a affirmé que "la Chine est fermement opposée aux ingérences américaines dans les affaires intérieures de la Chine" et a promis de "prendre des mesures fermes en réponse".

Le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie a également accusé les Etats-Unis d'user de leur puissance militaire et de leur suprématie financière pour faire pression sur des pays, et d'abuser du motif de sécurité nationale pour menacer l'avenir du commerce international et inciter certains pays à attaquer la Chine.

Sanctions financières US contre 24 responsables chinois impliqués à Hong Kong

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a de son côté dénoncé les dernières sanctions américaines , annoncées à la veille de cette réunion contre la reprise en main de Hong Kong par Pékin. "Ce n'est pas comme cela que l'on accueille ses invités", a-t-il protesté. Washington a annoncé mercredi des sanctions financières contre 24 officiels chinois dont les actions ont limité l'autonomie de Hong Kong, portant le nombre d'officiels chinois visés à 34 dans le cadre du HKAA (Hong Kong Autonomy Act).

Peu après sa victoire à la présidentielle, Joe Biden avait estimé que la meilleure stratégie face à la Chine consistait en premier lieu à s'appuyer sur les alliés traditionnels des Etats-Unis afin de se mettre sur "la même ligne" face à la Chine. Le président américain avait ajouté qu'il ciblerait les "pratiques abusives" de la Chine, notamment "le vol de propriété intellectuelle", les "subventions illégales" aux entreprises et les transferts de technologie forcés. Un message qui sur le fond ne différait pas de celui de Donald Trump...

Sanctions accrues contre Huawei, l'accord commercial reste en vigueur

Joe Biden s'est aussi inscrit dans le sillage de Donald Trump concernant la lutte contre les géants technologiques chinois. Le 12 mars, les Etats-Unis ont ainsi durci les sanctions économiques prises en 2019 contre le géant chinois des télécoms Huawei. En outre, le régulateur américain des télécoms, la FCC, a classé Huawei comme une menace pour la sécurité nationale, de même que quatre autres groupes chinois dont l'autre géant des télécoms ZTE et le spécialiste de la vidéosurveillance Hikvision.

Malgré cette situation tendue, il n'a pas été question pour l'instant de remettre en cause l'accord commercial dit "de Phase 1", signé début 2020 avec l'administration Trump après de longues négociations. La Chine s'est engagée à augmenter d'au moins 200 milliards de dollars sur 2020 et 2021 ses achats de produits et services américains. L'accord maintient en outre des droits de douane américains de 25% sur 250 Mds$ de produits chinois importés ainsi que des mesures de rétorsion chinoises sur plus de 100 Mds$ d'importations en provenance des Etats-Unis

Le 19 février, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a indiqué que les Etats-Unis allaient maintenir pour le moment les taxes imposées aux produits chinois par l'administration Trump, ajoutant que Washington déciderait de l'approche à adopter après un examen approfondi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.