Robert Ménard au centre d'une nouvelle polémique

Robert Ménard au centre d'une nouvelle polémique
menard

Boursier.com, publié le mardi 19 décembre 2017 à 07h51

Robert Ménard, le maire de Béziers, n'en finit pas de faire parler de lui en cette fin d'année...  Ce dernier a ainsi vigoureusement protesté lundi contre l'interdiction de la crèche de Noël installée dans l'Hôtel de Ville, prononcée par la justice sur plainte du préfet de la région... "La décision du tribunal administratif de Montpellier est tombée... Une décision aberrante contre laquelle la Ville de Béziers se réserve le droit de faire appel" a expliqué le maire.

"Il ne s'agit plus là de quelques associations 'laïcardes' bien décidées à faire la peau à nos santons, comme ce fut le cas en 2014 ou 2016. Non, cette fois c'est bien l'État qui, seul, via son représentant dans l'Hérault, fait retirer la crèche. C'est une "première", dont la portée symbolique - et historique - n'a pas fini de nous abasourdir !". La ville a précisé qu'elle déplacerait la crèche de façon "bien visible" dans le hall d'un hôtel...

Le chef du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, qui avait installé début décembre, une crèche dans le hall du siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait noyé le poisson en dévoilant en lieu et place une "exposition de santons" dans les lieux...

Polémiques en cascade

Robert Ménard s'était déjà distingué il y a quelques jours dans le cadre d'une campagne sur le déploiement du TGV en Occitanie... L'homme politique, élu avec le soutien du Front national en 2014 a présenté à cette occasion des affiches qui ont déclenché une cascade de critiques... Pour promouvoir le passage du TGV à Béziers, la commune a ainsi choisi de réaliser une affiche sur laquelle on peut voir une jeune femme pieds et poings liés sur des rails, alors que s'approche une locomotive, dans la tradition des illustrations de western... "Avec le TGV, elle aurait moins souffert", peut-on lire à côté de cette image d'un goût plus que douteux.

Parmi les autres idées des communicants qui travaillent avec Robert Ménard : illustrer l'absence du TGV par un squelette qui attend le train ou une femme jambes écartées qui accouche d'un TGV...

Une campagne qui n'a pas tardé à susciter des réactions en cascade... Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité des femmes, l'a jugée "odieuse, de surcroît venant d'un élu de la République". Cette dernière a aussitôt saisi le Préfet afin que tous les recours possibles soient étudiés et activés.

Ordre moral

"Monsieur Robert Ménard, votre nouvelle campagne est une honte ! La recherche du buzz à tout prix vous fait tomber dans l'outrance la plus abjecte. Elle ne peut que desservir le combat que l'ensemble des élus de la Région Occitanie mène pour les LGV. Retirez cette communication !", s'est indignée de son côté Carole Delga (PS), la présidente du conseil régional.

"On peut aussi parler du fond : on attend le TGV depuis 30 ans à Béziers", a répondu Robert Ménard, ajoutant que "les réactions outrées et paranoïaques à notre affiche en disent long sur l'ordre moral qui plombe le pays".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU