Rome débloque 25 MdsE pour soutenir l'économie, et veut croire à une accalmie

Rome débloque 25 MdsE pour soutenir l'économie, et veut croire à une accalmie
des soldats devant le Duomo, 24 février 2019

Boursier.com, publié le lundi 16 mars 2020 à 16h32

Le coronavirus apparu en Chine a déjà fait 1.809 morts dans l'ensemble de l'Italie, selon un bilan fourni dimanche.

L'Italie a pris lundi un décret prévoyant le déblocage de 25 milliards d'euros pour soutenir son économie, très fragilisée par la crise sanitaire liée au coronavirus. La péninsule a enregistré 368 morts imputables au Covid-19 sur la seule journée de dimanche, un bilan jamais atteint par aucun autre pays, même en Chine, et ses hôpitaux peinent à endiguer le flux de nouveaux cas.

L'objectif du décret signé lundi est d'amortir le choc subi par une économie presque totalement à l'arrêt depuis que le gouvernement de Giuseppe Conte a mis en place des mesures draconiennes pour contenir la propagation du virus.

Parmi les mesures prévues, le décret autorise les entreprises à suspendre le remboursement de leurs créances et relève le montant des fonds mis sur pied pour aider le secteur privé à payer les salariés en état de chômage partiel, montre un exemplaire du projet de décret que Reuters a pu consulter.

Des raisons d'espérer ?

La Lombardie, région la plus touchée d'Italie par le nouveau coronavirus, montre les premiers signes d'un possible ralentissement de la propagation de la maladie, a déclaré lundi son président. Pourtant le bilan s'aggrave : la région a signalé 252 morts supplémentaires au cours du week-end, y portant le total à 1.218.

Mais Attilio Fontana a dit percevoir des motifs d'optimisme dans ces statistiques en relevant que le nombre de nouvelles contaminations semblait augmenter moins rapidement que quelques jours plus tôt."Je n'ai pas encore vu les données du jour, mais (...) on observe quelques petits pas en avant", a-t-il déclaré sur les ondes de Rai Radio 1.

"L'augmentation (du nombre de cas de coronavirus) n'est pas aussi forte qu'il y a deux ou trois jours. Espérons que ce soit le début d'un retournement de tendance - je ne le dis pas trop fort - cela pourrait être le début d'un retournement de tendance", a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement moins optimiste

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a cependant déclaré au quotidien 'Corriere della Sera' que l'épidémie continuait de progresser dans toute l'Italie."Les scientifiques nous disent que l'épidémie n'a pas atteint son pic, ces semaines seront les plus dangereuses", a-t-il prévenu.

Attilio Fontana croit néanmoins à une inversion de la tendance dans les prochains jours avec la stricte limitation des déplacements imposée depuis le 8 mars aux Italiens, dont le changement de comportement devrait produire des résultats.

La Lombardie est la région où un premier foyer épidémique est apparu en Italie le 20 février, dans une petite localité à une soixantaine de kilomètres de Milan, la capitale financière du pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.