Russie: une première centrale nucléaire flottante pour alimenter l'Arctique

Chargement en cours
La Russie présente le 19 mai 2018 la première centrale nucléaire flottante au monde lors d'une cérémonie pour son amarrage à Mourmansk, port du Grand nord
La Russie présente le 19 mai 2018 la première centrale nucléaire flottante au monde lors d'une cérémonie pour son amarrage à Mourmansk, port du Grand nord
1/3
© AFP, Alexander NEMENOV

AFP, publié le samedi 19 mai 2018 à 18h36

Des réacteurs sur l'eau pour éclairer l'Arctique: à Mourmansk, port du Grand nord, la Russie a présenté la première centrale nucléaire flottante au monde, censée alimenter des régions reculées mais dénoncée comme un "Tchernobyl sur glace" par ses détracteurs.

Bâti à Saint-Pétersbourg, l'Akademik Lomonossov s'est amarré dans le port de Mourmansk samedi, à environ 10 km au nord du centre-ville, dans l'estuaire, au son d'une fanfare, sous le soleil malgré les neuf degrés de température. Il doit y être chargé en combustible nucléaire avant de rejoindre sa destination finale, une région reculée de Sibérie orientale.

La centrale a été construite par le conglomérat public nucléaire russe Rosatom, dont le PDG Alexeï Likhatchev a salué "un nouveau record mondial" soulignant "l'incontestable role de leader de Rosatom et du secteur de l'énergie nucleaire russe dans le monde".

"J'espère qu'aujourd'hui sera un jour symbolique pour l'Arctique", a-t-il affirmé, ajoutant que Rosatom "établit une tendance, une demande pour des centrales nucléaires de puissance moyenne, mobiles, pour de nombreuses décennies".

Ce bloc flottant massif de 144 mètres de long et 30 de large, couleur marron et moutarde, comporte deux réacteurs d'une capacité de 35 MW chacun (contre plus de 1.000 MW pour les réacteurs de nouvelle génération), proches de ceux utilisés par les brise-glaces.

Dépourvue de moteur, cette barge de 21.000 tonnes sera remorquée à l'été 2019 jusqu'au port de Pevek, dans le district autonome de Tchoukotka, dans l'Extrême-Orient russe, à 350 km au nord du cercle arctique.

Bien que la population de cette petite ville ne dépasse pas 5.000 habitants, la centrale couvre la consommation de 200.000 personnes mais surtout de plateformes pétrolières, alors que l'exploitation des hydrocarbures se développe dans l'Arctique. Elle remplacera notamment une centrale nucléaire et une centrale de charbon obsolètes.

"L'idée, c'est que la centrale soit de faible puissance, mobile, et soit utilisée dans l'Arctique russe, où d'importantes capacités ne sont pas nécessaires" et la construction d'une centrale classique compliquée et coûteuse, explique à l'AFP Sergueï Kondratiev, de l'Institut de l'énergie et des finances à Moscou. 

"Les solutions alternatives sont le charbon, le gaz, le diesel. Mais le diesel est très cher, et le gaz doit être livré sous forme de GNL", le gaz naturel liquéfié.

"Les centrales nucléaires flottantes vont permettre d'alimenter en électricité et en chaleur les régions les plus reculées, soutenant ainsi la croissance et le développement durable", soutient Vitali Troutnev, chargé de la construction et de l'exploitation des centrales nucléaires flottantes de Rosatom, qui affirme que près de 50.000 tonnes de CO2 pourront être économisées chaque année.

"Cette installation dispose des systèmes (...) de sécurité les plus modernes et devrait être l'une des installations nucléaires les plus sûres au monde", estime-t-il.

- 32 ans après Tchernobyl -

Des arguments balayés par Greenpeace, qui craint un "Titanic nucléaire" ou un "Tchernobyl sur glace" 32 ans après la catastrophe de 1986 et appelle les autorités à mettre en place une surveillance internationale.

"Toute centrale nucléaire produit des déchets nucléaires, les accidents sont possibles. Une centrale flottante sera particulièrement exposée aux phénomènes météorologiques et aux menaces telles que le terrorisme. Imaginez que la barge se détache des vaisseaux de remorquage, les conséquences peuvent être graves", avertit Rashid Alimov, du département de l'énergie de l'ONG.

"La barge va être chargée et testée près d'une ville de 300.000 habitants (Mourmansk), puis remorquée avec deux réacteurs remplis de combustible irradié le long de la route maritime du Nord. Son installation dans l'environnement rude de l'Arctique russe constituera une menace constante pour les habitants du Nord et la nature vierge de l'Arctique ", renchérit Jan Haverkamp, expert nucléaire de Greenpeace.

La barge devait initialement être chargée en combustible nucléaire à Saint-Pétersbourg puis traverser chargée les eaux proches de pays européens. Cela avait suscité les inquiétudes des ONG et des pays riverains, notamment scandinaves, et il a été décidé de ne la charger qu'à Mourmansk.

Sergueï Kondratiev tempère ces mises en garde: "Les exigences de sécurité sont les mêmes que pour les brise-glaces nucléaires, les sous-marins nucléaires, etc. Mais c'est un nouvel objet. Il peut y avoir des craintes au sein de la population. Mais au niveau technologique, il n'y a pas de risque supplémentaire par rapport aux centrales nucléaires".

Selon ce spécialiste, Rosatom prévoit d'étendre son projet et, outre la Russie, pourrait fournir des centrales flottantes aux pays asiatiques et pour approvisionner les zones reculées: "Dans certains cas, une centrale nucléaire flottante est plus rentable que d'autres centrales électriques. (...) Elle a sa propre niche".

Selon lui, la Chine construit également une centrale nucléaire flottante.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.