Ryanair accepte une médiation au 4e jour de grève des pilotes irlandais

Ryanair accepte une médiation au 4e jour de grève des pilotes irlandais
La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair fait face vendredi à un quatrième jour de grève de ses pilotes irlandais, qui sera suivi d'un cinquième la semaine prochaine

AFP, publié le vendredi 03 août 2018 à 19h14

En plein conflit social dans plusieurs pays européens, la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a accepté vendredi l'idée d'une médiation avec le syndicat des pilotes irlandais, qui observaient leur quatrième jour de grève, à laquelle s'est rajoutée une plainte déposée par ses pilotes espagnols.

La grève de vendredi a forcé vendredi  Ryanair a annuler 24 vols au départ ou à destination de l'Irlande sur les 300 prévus, affectant 3.500 passagers auxquels la compagnie a proposé une solution de rechange. Elle fait suite à trois autres en juillet, organisées par le syndicat irlandais Forsa, qui réclame de meilleures conditions de travail pour les pilotes basés en Irlande.

Le groupe a du coup annoncé dans un communiqué qu'il était prêt à une médiation avec Forsa pour résoudre le conflit, après deux réunions infructueuses avec le syndicat.

Forsa a répondu en saluant "un développement inattendu et positif", qui plus est "sans conditions préalables". Le syndicat a précisé dans un communiqué qu'il allait "consulter ses membres" et s'est dit "impatient de discuter (...) du moment où débutera le processus" avec Kieran Mulvey, ancien responsable d'une commission indépendante sur le travail en Irlande dont le nom a été avancé par Ryanair.

- "Irrégularités" -

Le conflit s'est  envenimé depuis que Ryanair a annoncé la semaine dernière vouloir transférer des avions de Dublin vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leur emploi à 300 personnes, dont 100 pilotes. 

Jeudi soir, les pilotes irlandais ont prévenu qu'ils observeraient un cinquième jour de grève le 10 août, rejoignant ainsi les pilotes belges et suédois de Ryanair. Les pilotes en Allemagne et aux Pays-Bas envisagent de rejoindre l'action.

En Espagne, le syndicat SEPLA a annoncé avoir porté plainte à Madrid contre Ryanair pour des "irrégularités" dans les contrats des pilotes basés en dans le pays.

Dans un communiqué, le syndicat a assuré qu'"après une année de négociations, le refus de Ryanair de le reconnaître et d'appliquer le droit du travail espagnol pour ses pilotes opérant en Espagne l'oblige à emprunter la voie judiciaire", en déposant une plainte.

"La reconnaissance des syndicats et la régularisation de la situation des pilotes ne sont pas incompatibles avec une gestion efficace dans une compagnie à bas coûts", plaide le syndicat, qui cite en exemple les concurrents Norwegian et easyjet, qui "emploient leurs pilotes basés en Espagne selon la législation de ce pays".

Le syndicat reproche à Ryanair d'opérer "à la limite de la légalité" et d'exercer "une concurrence déloyale". 

Ryanair a refusé de s'exprimer sur ce dépôt de plainte, une porte-parole assurant à l'AFP que le groupe irlandais "ne commentait pas les rumeurs et spéculations".

Le malaise au sein du groupe a éclaté au grand jour à la suite d'un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017, qui a entraîné un grave conflit social et des annulations portant au total sur 20.000 vols dans les mois qui ont suivi.

Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître.

En raison de la crise et des annulations de vols, le directeur général du groupe Michael O'Leary a renoncé à son bonus au titre de 2018, qui aurait pu atteindre un million d'euros.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU