S'offrir le Groenland, la dernière lubie de Donald Trump

S'offrir le Groenland, la dernière lubie de Donald Trump©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 19 août 2019 à 18h45

Le président américain a confirmé dimanche qu'il avait récemment discuté de cette possibilité, tout en précisant qu'il ne s'agissait pas d'une priorité immédiate. Les autorités danoises n'apprécient pas...

"Le Groenland n'est pas vendre !" C'est la réaction de la Première ministre danoise Mette Frederiksen, à propos de la dernière lubie du président américain Donald Trump. "Le Groenland n'est pas Danois. Il appartient aux Groenlandais. J'espère vraiment que ce n'est pas sérieux", a déclaré Mette Frederiksen au journal 'Sermitsiaq', lors d'une visite sur l'île, qui est un territoire autonome danois.

Donald Trump a confirmé dimanche qu'il avait récemment discuté de cette possibilité, tout en précisant qu'il ne s'agissait pas d'une priorité immédiate. "L'idée a germé et (...) stratégiquement, c'est intéressant", a déclaré le président américain, qui s'exprimait devant des journalistes sur le tarmac de Morristown, dans le New Jersey, avant d'embarquer à bord d'Air Force One.

Beaucoup de minerais précieux

Donald Trump doit se rendre à Copenhague au début du mois prochain pour évoquer la situation dans l'Arctique avec la Première ministre et son homologue groenlandais. S'exprimant sur Fox News, le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, avait auparavant confirmé que le président américain souhaitait "réfléchir à un tel achat", comme l'a annoncé la presse. "Le Danemark possède le Groenland, le Danemark est un allié, le Groenland est un endroit stratégique et ils ont beaucoup de minerais précieux", a-t-il poursuivi, ajoutant que l'idée faisait son chemin.

En vertu d'un traité de défense signé en 1951 avec le Danemark, les Etats-Unis possèdent une base aérienne à Thulé, dans le nord du Groenland.

Absurde pour les Danois

Mais le sujet n'est décidément pas du goût des Danois, qui trouvent déplacée cette idée de rachat. "C'est une discussion absurde et Kim Kielsen (le chef du gouvernement local) a bien sûr précisé que le Groenland n'était pas à vendre. La conversation est donc terminée", a estimé la Première ministre au micro du radiodiffuseur danois DR.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.