Salaires des enseignants : la hausse "ne sera pas des clopinettes", assure Jean-Michel Blanquer

Salaires des enseignants : la hausse "ne sera pas des clopinettes", assure Jean-Michel Blanquer©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 19 février 2020 à 17h28

Le ministre de l'Education a donné plus de détails sur la manière dont seront réparties les augmentations de salaires promises aux professeurs et a confirmé qu'une partie des hausses se fera "au mérite".

Jean-Michel Blanquer tente une nouvelle fois de rassurer... Alors que le gouvernement a promis des hausses de salaires aux enseignants, le ministre de l'Éducation nationale a tenu à assurer que ces revalorisations seront substantielles. "Ce qui va se passer, ce ne sera pas des clopinettes, ce sera extrêmement substantiel sur une vie. Cela va représenter plusieurs dizaines de milliers d'euros pour les personnes concernées", a-t-il affirmé sur 'franceinfo' ce mercredi.

Dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement s'est en effet engagé à ce que des hausse salariales permettent de garantir un même niveau de retraite pour les enseignants, qui craignent une baisse de leur pension de retraite dans le futur système universel.

"L'objectif c'est que nous soyons au cours de la décennie 2020 un des pays qui paye le mieux ses professeurs", a affirmé le ministre, évoquant un "cycle d'augmentations comme il n'y en a pas eu dans le passé".

500 millions d'euros pour des augmentations dès 2021

Mi-janvier, le ministère de l'Education nationale avait d'ailleurs annoncé aux organisations syndicales son intention de consacrer 500 millions d'euros à des hausses de salaires des enseignants dès 2021, "destinées à compenser les effets de la future réforme des retraites". Pour 2037, l'enveloppe devrait atteindre 10 milliards, permettant ainsi à la France de devenir "un des pays qui paye bien ses professeurs", selon Jean-Michel Blanquer.

La direction générale des ressources humaines du ministère avait également présenté début février aux syndicats quatre scénarios de répartition des augmentations. L'un d'eux proposait ainsi 157 euros en plus par mois pour les professeurs en tout début de carrière.

Une partie des hausses se fera "au mérite"

Par ailleurs, le ministre a confirmé qu'une partie des hausses se fera "au mérite", comme il l'avait laissé entendre la semaine dernière sur 'RMC-BFMTV'. Jean-Michel Blanquer a expliqué qu'il y aura "une part uniforme et forcément une part de mérite, celle-ci existe déjà un peu", évoquant en exemple des professeurs qui souhaitent s'investir dans des "cours gratuits" pour améliorer leur rémunération.

Les syndicats, qui craignent de devoir "travailler plus pour gagner plus", y voient toutefois un affront. "Le mot 'mérite' n'avait jusqu'ici pas été prononcé lors des discussions et là on ne sait pas ce qui est mis derrière. S'il y a un agenda caché, c'est problématique", a affirmé la secrétaire générale du Sgen-CDFT Catherine Nave-Bekhti, qui a également mis en garde le gouvernement contre des "mauvaises pistes qui introduisent de la tension".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.