Salaires, effectifs: des fonctionnaires dans la rue, la santé en tête

Chargement en cours
Plusieurs centaines de personnes ont dénoncé à Bordeaux "les faibles augmentations de salaires dans les accords du Ségur de la santé", le 15 juin 2021
Plusieurs centaines de personnes ont dénoncé à Bordeaux "les faibles augmentations de salaires dans les accords du Ségur de la santé", le 15 juin 2021
1/2
© AFP, MEHDI FEDOUACH

AFP, publié le mardi 15 juin 2021 à 18h54

Des centaines d'agents publics, soignants en tête, ont manifesté mardi dans plusieurs villes de France, notamment Paris, Bordeaux et Lille, pour réclamer des hausses de salaires et d'effectifs.

Des centaines d'agents publics, soignants en tête, ont manifesté mardi dans plusieurs villes de France, notamment Paris, Bordeaux et Lille, pour réclamer des hausses de salaires et d'effectifs.

Malgré l'augmentation mensuelle de 183 euros net accordée aux agents des hôpitaux et des Ehpad, "la colère n'est pas retombée", assure à l'AFP Mireille Stivala, secrétaire générale CGT Santé défilant avec, selon elle, "un petit millier" de personnes entre Bercy et l'hôpital Cochin. La préfecture de police en a dénombré 550.

Après une série de mobilisations corporatistes (service de réanimation, infirmiers-anesthésistes, ceux de bloc opératoire, techniciens de laboratoire, psychologues...), neuf organisations emmenées par la CGT-Santé avaient appelé à cette journée de grève et de manifestations.

Egalement rassemblés à Bercy, des agents territoriaux (500 personnes selon la CGT), auxquels s'étaient joints des élus dont le numéro deux de LFI Adrien Quatennens, se sont dirigés vers l'Hôtel de Ville de Paris, où des éboueurs sont en conflit avec leur hiérarchie depuis plusieurs semaines.

"Un mouvement se dessine dans la territoriale (...). La politique du gel du point [d'indice qui sert à calculer la rémunération des agents publics] ne peut plus suffire. Dans la fonction publique, on a développé tout un système d'indemnités et seuls ceux qui sont en haut tirent leur épingle du jeu", a dit à l'AFP Benoît Teste (FSU).

Exception faite de l'année 2016 où il a été revalorisé de 1,2%, le point d'indice est gelé depuis 2010.

"Il y a un vrai besoin de reconnaissance, certaines missions sont délaissées, il n'y a pas assez de candidats dans l'Education, des démissions dans la Santé vers le privé", a-t-il ajouté.

"J'ai beau avoir la vocation, je suis fatiguée, je n'ai pas l'impression d'avoir les moyens de faire mon métier", regrette Fanny, 28 ans, infirmière en service de réanimation à Bichat. "Même si on est un peu mieux payé, on n'a toujours pas les moyens de travailler correctement".

A Bordeaux, plusieurs centaines de personnes ont dénoncé "les faibles augmentations de salaires dans les accords du +Ségur de la santé+". Quelques pétards, une poignée de fumigènes multicolores ont ponctué le parcours de la manifestation, calme, sur fond de chants et de slogans amplifiés par les haut-parleurs de la camionnette en tête de cortège.

Sur des banderoles on pouvait lire "Service social hospitalier en colère", "Techniciens de laboratoires, les invisibles indispensables" ou encore "SEGUR = Imposture". 

Ils étaient également une quarantaine à Limoges, rassemblés devant les urgences du CHU. Des infirmiers, aides-soignants, agents des services hospitaliers en grève d'une heure chaque jour, reconductible "jusqu'à ce que nous soyons entendus", prévient Fabienne Deconchat, secrétaire départementale CFDT Santé Sociaux. "Nous n'en pouvons plus".

"Manip radio, malmené, mal payé et indispensable aux service de santé", "non au nouveau financement de la psychiatrie, non aux tarifs dégressifs et non aux tarifs à l'activité" pouvait-on lire dans la manifestation de Lille, où la préfecture à comptabilisé 170 personnes.

La psychologue Sonia Abdelhalim, T-shirt "psy en colère" sur le dos, s'inquiète du "tarif de 22 euros proposé pour les remboursements". "Le besoin humain, ça prend du temps, il faut prendre ce temps pour qu'il y ait un travail de qualité, surtout en pédopsychiatrie", explique-t-elle. 

Selon l'intersyndicale, plus de 80 rassemblements ont été organisés sur l'ensemble du territoire.

bur-gbh-lc-ls-cd-sm/bfa/tes

Vos réactions doivent respecter nos CGU.