Signaux encourageants, mais Bercy ne modifie pas ses prévisions de croissance

Signaux encourageants, mais Bercy ne modifie pas ses prévisions de croissance
vue des Champs elysées

Boursier.com, publié le jeudi 23 juillet 2020 à 09h39

Bruno Le Maire reste prudent et table toujours sur une croissance économique de 8% pour la France l'année prochaine.

Les récents indicateurs économiques pour la France sont satisfaisants mais trop fragiles pour modifier la prévision d'une contraction de l'économie de 11% cette année, a déclaré jeudi Bruno Le Maire.

Le ministre de l'Economie, s'exprimait devant l'Assemblée nationale pour le débat d'orientation des finances publiques pour 2021. Il a dit tabler sur une croissance économique de 8% pour la France l'année prochaine et a exprimé la volonté que l'activité renoue en 2022 avec ses niveaux précédant la crise liée au nouveau coronavirus.

Trop fragile

"Ces bons résultats sont satisfaisants mais ils restent néanmoins trop fragiles pour que nous révisions nos prévisions de croissance pour le moment", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances à l'Assemblée nationale à l'occasion du débat d'orientation des finances publiques pour 2021.

"Je pense que si nous accélérons la mise en place des mesures qu'on a déjà décidées, si nous veillons à la bonne exécution de ces mesures, nous pouvons avoir dès 2020 un chiffre meilleur que les -11%", a-t-il cependant ajouté.

Du mieux pour le climat des affaires

D'après les dernières données de l'Insee, le climat général des affaires en France a poursuivi en juillet son redressement entamé en mai avec le début de la levée progressive du confinement, sans pour autant renouer avec son niveau avant le début de la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus.

L'indicateur synthétique global du climat des affaires, qui inclut l'industrie manufacturière, les services, le bâtiment, le commerce de gros et le commerce de détail, a gagné sept points ce mois-ci pour s'établir à 85, toujours largement inférieur à sa moyenne de long terme (100).

Nette amélioration

Même si ce chiffre marque une nette amélioration par rapport au creux historique (53,4) enregistré en avril au plus fort de la crise sanitaire et du confinement, il reste nettement en deçà "de son niveau relativement élevé d'avant confinement (105)", souligne l'Insee.

La hausse de juillet, moins marquée que la hausse record de 18 points enregistrée en juin - sans précédent depuis le début de cette série statistique en 1980 - a été alimentée à la fois par un regain d'optimisme des entreprises sur leurs perspectives d'activité dans la plupart des secteurs et par l'amorce d'un redressement de leur opinion sur leur activité des trois derniers mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.