Smic : vers une hausse de 18 euros par mois au 1er janvier 2020

Smic : vers une hausse de 18 euros par mois au 1er janvier 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 13 décembre 2019 à 16h02

L'augmentation devrait se limiter à l'évolution légale du Smic, liée à l'inflation et au pouvoir d'achat, soit une hausse de 18,25 euros par mois.

Il y a quelques jours, le groupe d'économistes chargé de plancher sur le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) avait préconisé au gouvernement de s'en tenir à sa revalorisation mécanique à partir du 1er janvier prochain. Sauf si un geste est accordé (ce qui est peu probable), le Smic devrait alors augmenter de 18,25 euros par mois, selon les calculs des 'Echos'.

Cette hausse, qui correspond à 1,2% du Smic actuel, est inférieure à l'an dernier (1,5%). La formule "prend en compte l'inflation annuelle mesurée en novembre pour les ménages du premier quintile (les 20 % les plus pauvres) hors tabac, augmentée de la moitié de l'évolution annuelle du pouvoir d'achat du salaire moyen des ouvriers et employés", rappelle le quotidien.

Il faudra toutefois attendre la confirmation du gouvernement sur la revalorisation du Smic la semaine prochaine. Depuis le 1er janvier 2019, le Smic a augmenté de 1,5%, pour ressortir à 10,03 euros brut de l'heure ou 1.521,22 euros par mois.

Bruno LeMaire défavorable au "coup de pouce" pour 2020

Pour rappel, la dernière augmentation supérieure à la hausse légale remonte à 2012. François Hollande avait en effet décidé d'une hausse de 2% du Smic (dont 1,4% au titre de l'inflation de façon anticipée et 0,6% de "coup de pouce").

Le 9 décembre dernier sur 'France 3', le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire s'était par ailleurs fermement opposé à un "coup de pouce" pour l'année 2020, au-delà de la revalorisation automatique du salaire minimum au 1er janvier. "Il n'y aura pas de coup de pouce au Smic au 1er janvier, en tout cas je ne le souhaite pas", avait-il affirmé.

"Il y a une formule que nous appliquons. Je pense qu'il faut respecter cette formule", a-t-il ajouté, rappelant que le gouvernement avait déjà "augmenté massivement la prime d'activité", de "100 euros, au niveau du Smic".

13,4% des salariés ont bénéficié de la dernière hausse

Une récente étude de la Dares, le service statistique du ministère du Travail, a estimé que la dernière augmentation a profité à 13,4% des salariés du privé, soit 2,32 millions de personnes (+1,9 point par rapport à la précédente hausse). Il s'agit de "la plus forte proportion de salariés bénéficiaires des 11 dernières années", indique l'étude.

Un écart important a été observé entre les salariés à temps partiel (29,8% ont pu bénéficier de la hausse) et les salariés à temps complet (9,3%). La Dares a expliqué cette différence par "la forte concentration de salariés à temps partiel dans les petites entreprises et dans certaines branches professionnelles (l'hôtellerie, restauration et tourisme ou l'habillement), où le nombre de bénéficiaires concernés par la revalorisation du Smic est important".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.