SNCF : Edouard Philippe temporise...

SNCF : Edouard Philippe temporise...
SNCF agent

Boursier.com, publié le mercredi 03 janvier 2018 à 10h28

Guillaume Pépy sauvera-t-il son poste malgré les incidents à répétition à la SNCF ?... Le patron de la compagnie ferroviaire et le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, sont tous les deux convoqués le 8 janvier par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, qui leur réclame des explications, après les incidents à répétition qui ont lourdement affecté le trafic dans les gares parisiennes ces dernières semaines.

Ce mercredi, Edouard Philippe a temporisé en estimant que le président de la SNCF avait "par définition" sa confiance. Interrogé sur France 2, le Premier ministre a estimé que "soit le patron d'une entreprise a ma confiance et auquel cas je le soutiens... Soit il ne l'a plus et auquel cas je le change"..."S'il ne l'avait plus, il ne serait plus président de la SNCF".

"Ne pas personnaliser le sujet"

Concernant la convocation du 8 janvier, Edouard Philippe explique qu'on a "quand même le droit de discuter avec les présidents d'entreprises publiques... Ce serait curieux de ne pas le faire", même s'il ne faut pas "personnaliser le sujet".

Guillaume Pepy avait déclaré la semaine passée dans 'Le Parisien' que son "mandat était à la disposition du gouvernement"... "Mon boulot, avec Patrick Jeantet, c'est de trouver des solutions. Le temps n'est pas aux états d'âme", avait lancé le dirigeant dans cette interview.

Ne pas nier les problèmes non plus...

Guillaume Pepy ne nie pas les problèmes de fonctionnement : "Sur la voie, ça va mieux... Avec l'alimentation électrique et la signalisation, on attaque un sujet plus difficile. L'âge moyen du réseau commencera à baisser en 2025", expliquait-il, tout en affirmant que 2017 "aura marqué le retour en force du train... On gagne des clients, +3,2% sur Transilien, +4,6% sur les TER".

Le 3 décembre dernier, la gare Montparnasse avait été paralysée pendant plusieurs heures par un bug informatique. Le 23 décembre, la SNCF avait été dépassée par l'affluence à la gare de Bercy et, trois jours plus tard, une panne électrique avait entraîné des retards pour 2.500 voyageurs à Saint-Lazare...

Gigantesques travaux

"Ce sont des causes différentes qui provoquent des conséquences différentes", a plaidé le directeur général adjoint de l'entreprise, Mathias Vicherat, sur Europe 1, tout en soulignant l'impact du plan de rénovation du réseau, qui représente 5 milliards d'euros par an sur 10 ans.

"Ces gigantesques travaux, en pleine exploitation, comportent des risques de bugs, d'incidents électriques, des risques de travaux qui ne sont pas suffisamment préparés", selon Guillaume Pepy. Dans la lettre qu'elle leur a adressée mercredi dernier, Elisabeth Borne invitait de son côté fermement Guillaume Pepy et Patrick Jeantet de présenter des "analyses" et les "actions engagées"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.