SNCF : grève en vue après la remise du rapport Spinetta

SNCF : grève en vue après la remise du rapport Spinetta
SNCF agent

Boursier.com, publié le vendredi 16 février 2018 à 10h48

Le rapport de Jean-Cyril Spinetta sur la compagnie ferroviaire à peine remis à l'exécutif, la CGT, syndicat majoritaire à la SNCF, se mobilise déjà. Elle a appelé vendredi les salariés de la SNCF à manifester le 22 mars contre les projets de réforme du groupe public. "On appelle à manifester dès le 22 mars", déclare dans le colonnes du 'Parisien' Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, ajoutant : "Je ne serai pas le patron de la CGT-Cheminots qui enterrera le statut."

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé pour sa part son intention de réunir la semaine prochaine tous les acteurs concernés par la réforme de la SCNF après la remise au gouvernement du document de l'ancien PDG d'Air France Jean-Cyril Spinetta. Au programme, 43 recommandations pour redresser le transport ferroviaire...

Plus d'embauches sous le statut de cheminot

Il propose entre autres d'examiner la pertinence de maintenir des lignes peu utilisées, d'envisager de ne plus embaucher sous le statut de cheminot - un point particulièrement sensible - et d'enrayer l'expansion des lignes TGV. Il suggère aussi d'autoriser la SNCF à recourir à des plans de départs volontaires, qui pourraient concerner 5.000 personnes, et là encore, cette annonce passe mal.

"C'est un rapport qui n'est pas surprenant venant d'une commande d'un gouvernement qui veut casser la SNCF et le service public, tous les services publics", a dit sur France Inter Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, en faisant allusion aux annonces récentes sur la possibilité de plans de départs volontaires dans la fonction publique. "Ce que propose le rapport, c'est accentuer cette casse", a-t-il ajouté, "il faudra qu'on m'explique en quoi le statut des cheminots est la cause des problèmes et des incidents que rencontrent aujourd'hui bon nombre de voyageurs".

Des grèves dures ?

Dans 'Le Parisien', Laurent Brun menace le gouvernement de "grèves dures" s'il veut engager une épreuve de force avec les cheminots. "S'il reste sur une logique d'éclatement du système ferroviaire, de suppression de lignes, de casse des droits sociaux, d'augmentation des coûts pour les collectivités et de filialisation du fret, on se dirige vers des grèves dures".

La situation du système ferroviaire, chroniquement déficitaire, exige des mesures radicales. Le système est dans une impasse financière, et s'endette d'environ 3 milliards d'euros par an, ce qui portera sa dette cumulée à 50 MdsE en 2018 ! Cette dette génère chaque année des intérêts à payer de l'ordre de 1,5 MdE pour SNCF Réseau (gestionnaire du réseau) et SNCF Mobilités (opérateur commercial des trains).

La date du 22 mars retenue pour ce mouvement de protestation à la SNCF coïncide avec une journée de mobilisation dans la fonction publique à l'appel de 7 des 9 syndicats du secteur contre les projets de réformes du gouvernement...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU