SNCF: l'intersyndicale réclame de nouveau de "réelles négociations" au gouvernement

SNCF: l'intersyndicale réclame de nouveau de "réelles négociations" au gouvernement
L'intersyndicale de la SNCF réclame à nouveau à la ministre des Transports Elisabeth Borne de "réelles négociations" sur la réforme du groupe

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 21h44

L'intersyndicale de la SNCF réclame à nouveau à la ministre des Transports Elisabeth Borne de "réelles négociations" sur la réforme du groupe, selon un projet de lettre que l'AFP a pu consulter lundi.

Une semaine avant le début d'une grève annoncée longue, les syndicats de cheminots rappellent qu'ils n'ont "eu de cesse" de demander au gouvernement de négocier et exigent l'ouverture "sans délai" de négociations sur son projet de réforme de la SNCF, qu'ils critiquent "sur le fond" et "sur la forme".

Notant les "chiffres signifiants" de la mobilisation des cheminots jeudi dernier -"plus de 40.000" manifestants "dans toute la France" et 35,4% de grévistes "en l'absence même d'un appel unitaire" à la grève-, l'intersyndicale CGT, Unsa, SUD et CFDT souhaite négocier sur la base des "huit points" de sa plateforme revendicative commune "pour l'avenir du ferroviaire et de ses cheminots".

"Si le gouvernement persiste dans sa posture (...), une mobilisation sans précédent des usagers et des cheminots (le) rappellera à ses obligations", conclut l'intersyndicale, qui veut négocier notamment sur la dette du groupe, la relance du transport de marchandises, la sous-traitance, l'ouverture à la concurrence et "les droits sociaux des cheminots".

Le gouvernement, qui avait annoncé fin février son projet de réforme de la SNCF avec un recours possible à des ordonnances, a ouvert début mars deux mois de concertation que l'intersyndicale a qualifiés de "séances d'explication du texte" gouvernemental "visant à faire accepter le fond de la réforme".

La grève annoncée se déroulera selon deux scénarios parallèles: deux jours de grève sur cinq voulus par la CGT, l'Unsa et la CFDT jusqu'au 28 juin; une grève illimitée lancée par SUD.

Un premier préavis de deux jours de grève a été déposé par le trio CGT, Unsa, CFDT, courant précisément du 2 avril à 19H00 au 5 avril à 08H00. SUD-Rail a déposé un préavis de grève illimitée à partir du 2 avril à 20H00, reconductible par 24 heures.

Par ailleurs, la CGT-Cheminots a accusé lundi dans un tract la direction de la SNCF de "coups tordus pour tenter de casser la grève" jeudi dernier, notamment en faisant appel à "des cheminots anglais".

Dans un communiqué, la direction de la SNCF a "démenti formellement avoir fait appel à de la main d'œuvre étrangère des filiales pour venir travailler sur des sites français pendant la grève".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - SNCF: l'intersyndicale réclame de nouveau de "réelles négociations" au gouvernement
  • avatar
    Tueur -

    il n'y a rien à négocier, circulez !

  • avatar
    JT77 -

    Comme nous pouvons tous le constater le gouvernement met en relief les différences de traitements des chemineaux et des fonctionnaires très avantagés d’après eux sur beaucoup de plans et les travailleurs du privé. Ce qui crée un climat délétère dans notre pays, et c’est exactement le bût recherché de ce gouvernement, de façon à avoir l’approbation de ceux dans les « normes » luttant contre les « nantis ».
    Si le peuple pouvait comprendre que ce n’est pas les « nantis » qu’il faut aligner sur les pauvres mais le contraire.
    Ce gouvernement soit disant de gauche fait les réformes au pas de course unilatéralement, sans concertation avec les ordonnances, pour prendre les français de vitesse sans leur laisser le temps de trop réfléchir.
    Si nous laissons faire nous redeviendrons des serfs ! Corvéables à merci !
    Ils faut aider les gens qui défendent nous défendent.
    La preuve regardez les grands patrons nous ne les entendons plus.