SNCF: le gouvernement fait un geste en direction des cheminots

SNCF: le gouvernement fait un geste en direction des cheminots©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 30 mars 2018 à 22h30

Alors que la grève perlée s'annonce très suivie à partir de lundi soir à la SNCF, le gouvernement a fait un geste, vendredi, envers les syndicats avec lesquels les négociations se poursuivent. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a ainsi affirmé que les dispositions sur l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire ne seraient pas adoptées par ordonnance, mais feraient l'objet d'un amendement législatif.

Des garanties pour les salariés transférés

"On nous reprochait de recourir à des ordonnances", a expliqué Mme Borne, après une nouvelle table ronde avec les organisations syndicales. "On est en train de remplacer les ordonnances, surtout le sujet de l'ouverture à la concurrence, par des dispositions législatives qui vont donc pouvoir être débattues à l'Assemblée nationale à partir de la semaine prochaine", a-t-elle ajouté.

Elle a aussi précisé les conditions dans lesquelles les salariés de la SNCF pourront être transférés vers des opérateurs privés comme Transdev (filiale de la CDC et de Veolia Environnement), ce que les experts appellent "le sac à dos social". Mme Borne a précisé que les salariés bénéficieront d'une "portabilité des droits" sans limite de durée.

Ils conserveront ainsi leur niveau de rémunération, ainsi que le régime spécial de retraite et la garantie de l'emploi pour les employés ayant été embauchés au statut. Les autres conditions, telles que le temps de travail, les facilités de circulation ou l'accès aux médecins spécialisés, relèveront des accords de branches.

De fortes perturbations attendues dès lundi soir 19H00

La ministre a en outre "déploré que la grève démarre alors que nos discussions sont en cours. Nous sommes à mi-parcours des concertations et le débat au Parlement démarre la semaine prochaine", a-t-elle poursuivi.

Le mouvement social à la SNCF débutera officiellement mardi 3 avril, avec deux jours de débrayage tous les cinq jours jusqu'au 28 juin, un nouveau type de grève qui promet de bouleverser le trafic et les habitudes des voyageurs. Cependant, des perturbations sont attendues dès lundi soir à partir de 19H00, a prévenu la direction.

Bruno Gazeau qui préside la fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) a estimé vendredi sur 'Franceinfo' que la grève "sera très suivie". Le PDG de la SNCF Guillaume Pepy a lui aussi dit s'attendre à de fortes perturbations à partir de lundi soir. Sur 'France Inter', M. Pepy a appelé les voyageurs à "prendre leurs précautions" car "la grève commence lundi à 19 heures, elle va beaucoup perturber la vie des Français".

Un service de co-voiturage proposé par la SNCF, la Ville de Paris, Waze et Facebook

"La loi prévoit que chacun des conducteurs et des aiguilleurs peut se déclarer gréviste jusqu'à samedi, à 19 heures, a expliqué Guillaume Pepy On publiera la liste des trains qui vont circuler dimanche matin. Mais ceux qui sont déjà partis pour le week-end de Pâques risquent de voir l'un de leurs trains ne pas circuler', a-t-il ajouté.

Dans ces conditions, le PDG de la SNCF a encouragé les usagers à pratiquer le co-voiturage et l'autostop, notamment grâce à un service que la SNCF lance avec la Ville de Paris, l'application de trafic et de guidage Waze, et Facebook.

Baptisé "AutoStop Citoyen", ce service se veut "100% bénévole et solidaire" et fonctionnera "sans intermédiaire et sans formalité"... Premier pas de cette opération : l'ouverture d'une page Facebook, ainsi que d'un site internet autostop-citoyen.fr.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.