SNCF : les grévistes déboutés par la justice sur leurs salaires

SNCF : les grévistes déboutés par la justice sur leurs salaires
SNCF logo gare train

Boursier.com, publié le vendredi 18 mai 2018 à 14h59

Le tribunal de Bobigny a débouté vendredi en référé les cheminots, qui avaient assigné la SNCF en justice sur la question des retenues salariales pour jours de grève. Le "tribunal de Grande Instance de Bobigny vient de rendre la décision suivante : 'Déboutons l'UFCAC CFDT, la FGTE-CFDT, l'UNSA FERROVIAIRE et la fédération CGT des cheminots de leurs demandes'", a écrit la SNCF sur Twitter.

Retenues sur salaires des grévistes >Le Tribunal de Grande Instance de Bobigny vient de rendre la décision suivante : >" ... Déboutons l'UFCAC CFDT, la FGTE-CFDT, l'UNSA FERROVIAIRE et la fédération CGT des cheminots de leurs demandes.. "
- Groupe SNCF (@GroupeSNCF)

La question doit cependant de nouveau être examinée et jugée sur le fond le 31 mai, selon les avocats des cheminots et de l'entreprise.

Le tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis) devait arbitrer entre la version de la SNCF, qui a choisi de réduire un peu plus les bulletins de paie, et celle de la CFDT et de l'Unsa ferroviaire.

Chaque jour de grève se traduit par une perte d'un trentième du salaire mensuel... Or, selon la méthode choisie par la société, l'ensemble des jours qui composent le mouvement de grève, même les jours de repos, sont déduits du bulletin de paie. Sur un conflit de 10 jours, par exemple, un agent perd un tiers de sa rémunération.

Avec le format de grève par intermittence - à raison de deux jours sur cinq - les cheminots avaient déposé plusieurs préavis pour tenter de minimiser l'impact financier du débrayage. Ils ont déposé 18 préavis différents, estiment qu'il s'agit de mouvements indépendants et qu'il n'est pas acceptable de comptabiliser les jours de repos.

Mouvement global ?

"Quand on a 18 préavis de grève qui sont déposés, on peut considérer que c'est un mouvement global... Les règles s'appliquent normalement, celles qui sont prévues quand on a un mouvement de grève global", avait estimé au mois de mars la ministre des Transports Elisabeth Borne sur Europe 1.

De son côté, le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, avait expliqué que le mouvement prévu pour durer au moins du 3 avril au 28 juin, "allait beaucoup pénaliser les Français".

Moindre mobilisation

La mobilisation est cependant aujourd'hui moins forte que pour le "lundi des cheminots" du début de la semaine... Le trafic ferroviaire est malgré tout encore perturbé ce vendredi, au premier jour d'une dixième séquence de grève contre la réforme de la SNCF...

La direction du groupe public prévoit un TGV sur deux, deux trains sur trois sur les lignes internationales, deux Intercités sur cinq et deux TER sur cinq. En région parisienne, la SNCF table sur un Transilien sur deux et des perturbations sur les lignes de RER...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.