SNCF : les syndicats ne veulent plus parler avec Elisabeth Borne

SNCF : les syndicats ne veulent plus parler avec Elisabeth Borne©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 19 avril 2018 à 15h03

Les cheminots "montent d'un cran" dans les négociations... Les organisations représentatives de la SNCF ont collectivement décidé de suspendre les concertations avec la ministre des Transports, Elisabeth Borne, et de demander à être reçu par le Premier ministre, Edouard Philippe, pour revoir la méthode des négociations. La CGT, l'Unsa, Sud et la CFDT ont pris cette décision lors d'une réunion interfédérale.

Elles prévoient également d'envoyer ce jeudi ou vendredi un courrier unitaire à Matignon pour faire part de leurs griefs. "On a décidé de suspendre les négociations avec madame Borne, de monter d'un cran et de n'accepter que le Premier ministre comme interlocuteur", a déclaré à Reuters Florent Monteilhet, de l'Unsa-ferroviaire.

Les syndicats ont été très agacés par le projet de filialisation du fret puis la date retenue pour la suppression du statut de cheminot à l'embauche - janvier 2020 - sans avoir, disent-ils, été prévenus au préalable par le gouvernement. Ces décisions successives ont ravivé leur colère en plein mouvement de grève contre le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" prévoyant entre autres l'ouverture à la concurrence.

Le taux de grévistes remonte

Le taux de grévistes à la SNCF a légèrement augmenté jeudi, à 22,73% contre 19,84% mercredi, selon les chiffres communiqués par la direction au huitième jour de mobilisation organisée à l'appel des quatre syndicats représentatifs.

La participation avait jusqu'à présent tendance à s'éroder depuis le 3 avril, premier jour de ce mouvement intermittent contre le projet de transformation de la compagnie ferroviaire, au point de descendre sous les 20% mercredi.

Mais le taux est reparti à la hausse jeudi pour la plupart des métiers, notamment les conducteurs (66,4% contre 60% mercredi), les contrôleurs (60,9% contre 50,6%) et les aiguilleurs (30,2% contre 23,4%).

Trafic très perturbé

Le trafic reste fortement perturbé, avec un TGV en circulation sur trois, deux Transilien et deux TER sur cinq et un Intercités sur quatre.

Cette nouvelle journée de grève coïncide avec la mobilisation interprofessionnelle planifiée par la CGT, qui tente de donner corps à la "convergence des luttes" entre retraités, fonctionnaires, étudiants et salariés du privé.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU