SNCF : Macron répète qu'il ira "jusqu'au bout"

SNCF : Macron répète qu'il ira "jusqu'au bout"
Quai désert

Boursier.com, publié le jeudi 12 avril 2018 à 14h50

Emmanuel Macron a sans surprise évoqué le conflit à la SNCF lors de son interview au 13 Heures de TF1 jeudi, alors que la grève intermittente reprend ce jeudi soir, jusqu'à samedi matin. Le chef de l'Etat a défendu la suppression du statut des cheminots pour les nouvelles recrues et l'ouverture à la concurrence programmée dans les années à venir.

"On ira au bout dans le respect de chacun, dans la considération et sans que nul n'oppose les Français entre eux", a-t-il dit. "Parce que c'est ce que notre pays attend." Il a ajouté que les syndicats à l'origine de la grève - CGT, Unsa, Sud et CFDT - avaient toute leur place dans le dialogue social, tout en les appelant à ne pas céder à des "fausses peurs".

"N'ayez pas de craintes illégitimes, la SNCF restera à 100% publique, ce sera dans la loi, et les cheminots qui sont aujourd'hui cheminots resteront cheminots", a poursuivi le président français. "Je leur demande aussi d'avoir toute la considération qu'il faut pour nos concitoyens qui la subissent, pour les entreprises qui peuvent tomber à cause de cette grève", a encore déclaré Emmanuel Macron sur TF1.

"Donc je les appelle plutôt au calme en leur disant que je les ai entendus mais que la bonne réponse, ce n'est pas d'arrêter de faire la réforme, c'est de la faire ensemble."

Le gouvernement reste sourd

Au-delà du contenu de la réforme, les syndicats dénoncent la méthode de l'exécutif, qui organise selon eux des concertations de pure forme depuis le début du mois de mars et resterait sourd à leurs suggestions. Ils réclament par ailleurs un geste de l'Etat sous la forme d'une reprise de la dette de l'entreprise - 47 milliards d'euros pour la seule SNCF Réseau, ce à quoi le gouvernement répond par une promesse à long terme et non chiffrée.

"Elle sera pour partie et progressivement reprise à mesure que ces réformes se feront", a dit Emmanuel Macron.

Parallèlement au conflit social, la réforme suit son cours à l'Assemblée nationale, où son examen devrait être prochainement adoptée en première lecture avant un vote solennel le 17 avril.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU