SNCF : priorité à la modernisation et à des voyageurs mieux informés

SNCF : priorité à la modernisation et à des voyageurs mieux informés©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 08 janvier 2018 à 15h50

La ministre des Transports et les dirigeants de la SNCF ont réaffirmé lundi la priorité à la modernisation et à l'entretien du réseau ferré existant, après la série d'incidents qui ont affecté le trafic en 2007, notamment dans les gares parisiennes.

Elizabeth Borne a également mis la pression sur le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pépy, et le président de SNCF réseau, Patrick Jeantet, reçus ensemble au ministère, pour qu'ils améliorent l'information des usagers et la transparence.

Une nouvelle panne a touché Montparnasse dimanche soir. Selon 'Le Parisien', la société a minimisé le problème, parlant d'un "bug" sur les panneaux d'affichage et assurant que les retards étaient mesurés. Il s'agissaitdonc d'un nouvel épisode à justifier pour le président de SNCF Mobilités, Guillaume Pepy, et de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, qui doivent s'expliquer face à Elizabeth Borne au sujet de la récente série d'incidents qui ont affecté le trafic ferroviaire dans les gares parisiennes, à Montparnasse donc, mais aussi à Bercy et Saint-Lazare.

"Une part importante des incidents rencontrés résulte d'un sous-investissement depuis plusieurs décennies dans l'entretien et la modernisation du réseau ferroviaire, au détriment en particulier des trains du quotidien", reconnaît la ministre dans un communiqué publié à l'issue de cette réunion. La priorité sera donc donnée à l'entretien et la modernisation du réseau existant, avec une attention particulière portée à la désaturation des grandes agglomérations.

Indicateurs de gravité des incidents

En 2018, 5,2 milliards d'euros seront ainsi consacrés à l'entretien et la régénération du réseau ferroviaire, soit plus de 1.600 chantiers cette année. Par ailleurs, SNCF Réseau effectuera d'ici fin mars un diagnostic complet de l'ensemble des systèmes d'alimentation électrique et de signalisation ainsi que des postes informatiques des grandes gares parisiennes et des principales gares en région. Des propositions d'investissement devront être faites pour fin avril. "L'objectif est de mieux anticiper les points de fragilité du réseau et de mobiliser les investissements nécessaires pour y remédier", précise la ministre.

Le PDG de SNCF Réseau a présenté un projet de réorganisation interne en cours, visant à fiabiliser davantage les travaux. Enfin, les travaux programmés sur le réseau avec un impact sur le trafic feront l'objet d'un affichage systématique et lisible dans toutes les gares concernées.

Un indicateur de gravité des incidents d'exploitation affectant les voyageurs sera créé ce mois-ci sur le modèle des échelles existant en matière de météorologie, de trafic routier ou de sûreté nucléaire. La SNCF propose aussi de faire quotidiennement le bilan, à partir de ce mois-ci, de la régularité observée pour les trains TER, Transilien, Intercités et TGV. Les résultats seront assortis d'informations sur les causes des principaux incidents.

"Pas une convocation"

Très critiqué après ces "couacs" à répétition, Guillaume Pépy a mis "son mandat à la disposition du gouvernement", dans l'attente de cette réunion. Mais Elisabeth Borne a réaffirmé jeudi la confiance du gouvernement à l'égard du président du directoire de la SNCF. Pour la ministre, qui a réfuté le terme de "convocation", le rendez-vous de ce lundi est "une réunion de travail" qui permettra de "dresse(r) le bilan de ces incidents, le bilan des actions engagées et les solutions qu'ils vont proposer."

"Il ne s'agit pas de sanctionner", a précisé Elisabeth Borne en soulignant que "la SNCF n'est pas la seule responsable". "L'Etat a clairement sa part de responsabilité parce que beaucoup des incidents qu'on voit sur les réseaux, que les voyageurs vivent au quotidien, sont le résultat de décennies de sous-entretien, de sous-investissement dans le réseau (...) parce qu'on a eu une politique du tout TGV", a-t-elle déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.