SNCF : un recours aux ordonnances pour aller plus vite ?

SNCF : un recours aux ordonnances pour aller plus vite ?
Quai désert

Boursier.com, publié le jeudi 22 février 2018 à 06h43

Le gouvernement qui a pris connaissance des propositions de Jean-Cyril Spinetta sur le dossier de la réforme de la SNCF, dévoilera lundi 26 février son calendrier mais aussi la méthode retenue... Et pour aller plus vite dans ce dossier qui s'annonce complexe et risqué socialement, il pourrait bien avoir recours aux ordonnances, sur au moins un partie des sujets, selon le quotidien 'Les Echos'.

Plus rapide que de longs débats à l'Assemblée, le recours aux ordonnances lui permettrait de respecter la date butoir pour transposer la directive de Bruxelles sur la libéralisation du rail, fixée au 25 décembre de cette année, explique le journal.

Mais les sujets abordés dans le rapport Spinetta, qu'il s'agisse de la disparition progressive du statut de cheminot, ou de la transformation de SNCF Mobilités en société à capitaux publics, pourraient aussi braquer les syndicats au point de provoquer une grève dure des cheminots. Le gouvernement songerait donc à regrouper ces dossiers sensibles, et à accélérer le rythme pour les adopter, comme il l'avait déjà fait pour la loi travail...

Aucune décision arrêtée

Selon les services du Premier ministre Edouard Philippe, interrogés mercredi soir par Reuters, "aucune décision n'est arrêtée quant aux modalités législatives de cette réforme". "Cela fait partie des questions de méthode et de calendrier sur lesquelles le gouvernement travaille actuellement et qui seront précisés lundi", assure cette source.

"Cette solution est dans la continuité de celle menée en 2017, et le gouvernement aura beau jeu de dire qu'il n'y a pas de raison de traiter différemment les agents du public et les salariés du privé", écrivent de leur côté 'Les Echos'.

Les syndicats pourraient en tout cas ne pas l'entendre de cette oreille. La CGT-Cheminots, FO et SUD-Rail ont appelé à manifester le 22 mars contre cette réforme, une date qui coïncide avec une journée d'action dans la fonction publique...

De quoi faire bouger les syndicats réformistes ?

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, n'a pour le moment pas brandi la menace de grandes grèves. "Oui, il y aura des trains au printemps, des trains qui rouleront", a-t-il dit cette semaine. Mais la perspective d'un recours aux ordonnances pourrait faire monter la pression, et pousser l'Unsa et la CDFT, les deux syndicats réformistes, à hausser le ton...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
557 commentaires - SNCF : un recours aux ordonnances pour aller plus vite ?
  • avatar
    hubibi -

    ils ont le droit au 49/3 si les syndicats emmerdent les usagers de toute facon la sncf est entretenu avec les impots il faut réquisitionner d office pour que les trains roulent pour les FRANCAIS !

  • avatar
    glosse -

    En 2010 le menteur FILLON a fait la réforme des retraites qui concerne effectivement les cheminots, contrairement à ce qu'il déclarait à ce moment.A tous les jaloux une bonne fois pour toute les cheminots vont partir à la retraite comme dans le privé mais progressivement et ceci depuis le premier janvier 2017.Les magouilles de FILLON ne lui ont pas porté bonheur pour les présidentiels.hihihihi bienfait pour lui

  • avatar
    lamongie -

    avant c'était le 49/3 maintenant c'est les ordonnances aussi pourri que le gouvernement précédent

  • avatar
    lienad -

    Pour la masse des travailleurs qui utilisent et paient leurs trajets en train SNCF, elle n'accepte pas que ceux qui font parti de cette entreprise et qui utilisent aussi ce mode de transport en ait le bénéfice de la gratuité! Ainsi, c'est la masse des travailleurs qui utilisent ce moyen de transport qui paient pour eux, leur conjoint, leurs enfants, leurs parents, leurs grands parents. C'est une honte! Chaque travailleur de la SNCF doit payer comme tout un chacun son titre de transport. Qu'en serait-il si chaque salarié devait bénéficier dans les mêmes conditions de l'usage de sa profession: les soins gratuits pour ceux du secteur médico-social, l'alimentation gratuite pour ceux qui relèvent de ce secteur etc..HALTE aux privilèges supportés par toujours les autres!

    avatar
    SANCTUS -

    voila quelqu un qui n a eu aucun avantage lié a sa profession
    bravo lienad .tu as voté pour eux avoue ou tu es un assisté, sinon encore bravo

    avatar
    YAPAFOTO -

    Oh comme c'est petit et plein de haine!Vous verrez alors le prix des billets!

    avatar
    mitchel8703 -

    Je me marre avec certains billets de commentaires.C'est un bon privilège gratos.

    Sauf que beaucoup de voyageurs fraudent ou se font rembourser.

    Sauf que pour les députés, sénateurs ,ministres c'est gratuit.Le président ne prend pas le train, ni ses cars, il a remplacé le train présidentiel par son avion présidentiel.

    Sauf que le boulanger n'achète pas son pain, l'agriculteur n'achète pas ses légumes ,ses fruits ou ses volailles, l'artisan a des remises importantes sur les fournitures,le médecin fait sa propre visite gratos, le maçon construit sa propre maison ,le garagiste répare gratos sa voiture,l'avocat se défend lui- même,le cantonnier balaie devant sa porte...
    Sauf que le banquier vit avec l'argent des autres,les boursicoteurs font du pognon sans travailler,des entreprises ont le gas-oil détaxé et tous ceux qui travaillent au black ou qui sont subventionnés oui qui font de la jonglerie comptable...,
    Même le Bon Dieu a son petit privilège, il est éternel et ne paie pas en plus la CSG!

    J'abrège car la liste serait presque interminable.Le privilège est une addiction intemporelle généralisée.
    Heureusement,il y a eu parait-il la révolution pour les abolir!

    OUI, halte aux privilèges...le problème c'est que nous sommes pratiquement tous concernés à part quelques rares privilégiés de la bonne conscience en voie de disparition.
    Amen! je vais me confesser.

  • avatar
    EG43 -

    Il faudra qu'on m'explique pourquoi un TER capable de transporter 100 personnes sur une ligne secondaire (ce n'est jamais qu'un gros tramway) coute 15 fois plus cher par passager qu'un autocar diesel polluant sur la route.