Social : une grève sans précédent dans les maisons de retraite

Social : une grève sans précédent dans les maisons de retraite©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 29 janvier 2018 à 20h43

A l'appel de sept syndicats, les salariés des maisons de retraite sont appelés à la grève mardi pour dénoncer l'insuffisance de leurs moyens et la réforme de la tarification des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Selon les syndicats CGT, CFDT, FO, SUD, UNSA, CFTC et CFE-CGC, cette réforme "va se traduire par des suppressions massives de postes et une prise en charge des résidents qui sera encore plus dégradée". Ce mouvement de grève sans précédent, qui s'annonce très suivi, est également soutenu par des représentants de retraités ainsi que par l'association des directeurs des Ehpad et même par les agents de service à domicile.

Une enveloppe supplémentaire de 50 ME jugée insuffisante

Jeudi dernier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé une enveloppe supplémentaire de 50 millions d'euros supplémentaires pour les Ehpad, mais cela n'a pas suffi à éteindre la contestation. "L'Etat ne semble pas prendre la mesure réelle de la situation", ont ainsi réagi dimanche les sept organisations ainsi que l'association des directeurs dans un communiqué commun.

"Il est inadmissible de ne pas prendre en compte la souffrance au quotidien que subissent professionnel-les, et par là même personnes âgées et familles, des dispositifs accompagnement, à domicile ou en établissements", poursuit le communiqué. "C'est mépriser et rompre le dialogue" ajoutent les organisations, qui demandent à être reçues par le président de la République, le Premier Ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé.

Des manifestations et une réunion au ministère

Une rencontre est prévue mardi après-midi au cabinet d'Agnès Buzyn, a indiqué de son côté le ministère de la Santé.

Des rassemblements sont prévu mardi à 14 h devant le ministère des Solidarités de la Santé, à Paris, mais aussi sur la place de la République à Lille ainsi qu'à Rennes, Nantes et plusieurs grandes villes française. Les syndicats demandent l'application d'un quota d'un agent par résident, l'abrogation de la réforme de la tarification ainsi que le retrait de ses décrets d'application, l'arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et le maintien de tous les effectifs des Ehpad, ainsi qu'une amélioration des rémunérations et perspectives.

Pour LR, il y a "urgence à repenser le modèle

Sur le plan politique, l'opposition est montée au créneau lundi sur le sujet, critiquant le gouvernement. Le groupe Les Républicains à l'Assemblée, par la voix de Jean-Carles Grelier, a qualifié l'annonce d'une enveloppe de 50 ME de mesure de "perfusion qui n'apportera aucune solution viable, ni à court terme, ni à long terme".

Dans un communiqué, le député de la Sarthe a estimé qu'il y a "urgence à repenser le modèle économique de la prise en charge du grand âge".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU