Soldes prolongés: "une chance de plus pour écouler les stocks" des commerçants

Soldes prolongés: "une chance de plus pour écouler les stocks" des commerçants
Les soldes d'hiver prolongés jusqu'au 2 mars en France.

AFP, publié le vendredi 12 février 2021 à 19h33

"Une chance de plus pour écouler les stocks": les soldes vont être prolongés de deux semaines, a annoncé vendredi le gouvernement, une bonne nouvelle pour nombre de commerçants, notamment dans l'habillement, qui voient leurs ventes pénalisées par le couvre-feu à 18H00.

Le ministère délégué aux PME a indiqué vendredi à l'AFP que les soldes d'hiver seraient prolongés jusqu'au 2 mars, afin de "compenser le contrecoup du couvre-feu à 18 heures en permettant aux clients d'étaler leurs achats".

Les soldes avaient commencé plus tardivement que prévu, le 20 janvier au lieu du 6, pour permettre aux commerces de vendre quelques semaines supplémentaires sans promotion et tenter de reconstituer des trésoreries éreintées par le reconfinement.

Mais le premier bilan "n'est pas très bon, le chiffre d'affaires est en baisse de 20%, la fréquentation est à -35%", a indiqué à l'AFP Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce, après l'annonce de Bercy.

"Certaines de nos enseignes, notamment de l'habillement, des chaussures et les grands magasins, étaient demandeuses de cette possibilité de prolonger les soldes de deux semaines pour écouler leurs stocks", a-t-il expliqué.

Cette prolongation "n'est pas une obligation" pour les commerçants, qui sont libres de poursuivre ou non les soldes après le 16 février, date initiale de fin de l'événement, tient-il à préciser à l'AFP.

"Les gens venaient déjà moins en magasin depuis la crise sanitaire, mais ce qui a porté un coup plus difficile a été le couvre-feu à 18H00, le télétravail et la fermeture des centres commerciaux" de plus de 20.000 m2 annoncée par le gouvernement le 29 janvier, souligne encore le directeur général de l'Alliance du commerce.

Les deux semaines supplémentaires sont "une chance de plus pour écouler les stocks, surtout qu'elle intervient alors qu'on a une météo d'hiver", avec des consommateurs ayant donc encore besoin d'acheter des vêtements chauds.

- Premier bilan "assez mauvais" -

"Il est clair que le bilan" des premières semaines de soldes "est assez mauvais pour l'habillement. Les Français en achètent assez peu, ils ont peu d'occasions de sortir avec le couvre-feu", renchérit Jacques Creyssel, président de la Fédération du commerce et de la distribution FCD, qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution.

"Si on prend en compte le couvre-feu, le télétravail, cela représente au final deux à trois heures en moins d'activité pour les commerçants, même s'ils se sont organisés pour ouvrir plus tôt le matin ou rester ouverts entre midi et 14H", insiste Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France, représentant les indépendants.

Il souligne également que le virus et ses mutations pèsent sur "l'état d'esprit" des Français, peu enclins à se rendre en magasins, même si "c'est une excellente nouvelle que le gouvernement n'envisage presque plus un nouveau confinement à 100%".

Le Syndicat des Indépendants (SDI), présent dans les très petites entreprises, a pour sa part dénoncé une prolongation qui aura probablement peu d'effet pour les commerces de proximité "dans un contexte où les soldes d'hiver sont d'ores et déjà catastrophiques cette année", dans un communiqué.

"Si les consommateurs n'ont pas acheté lors des semaines précédentes, ils ne le feront vraisemblablement pas plus si on prolonge les soldes! Avec la fermeture des commerces à 18H00, prolonger la période des soldes n'aura aucune efficacité sinon continuer de vendre peu et à bas prix avec des marges qui, nous le rappelons, ont baissé de presque 29% et pénalisent fortement la rentabilité des entreprises de proximité", selon le SDI.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.