Soros s'en prend à Trump, aux géants d'internet, au bitcoin

Soros s'en prend à Trump, aux géants d'internet, au bitcoin

Le milliardaire George Soros, à Bruxelles, au siège de l'Union européenne, le 27 avril 2017

AFP, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 07h32

Le gouvernement Trump, les géants de l'internet, le bitcoin : le richissime spéculateur George Soros a lancé des attaques tous azimuts jeudi à l'occasion de son dîner annuel à Davos.

Comme déjà l'an dernier, le milliardaire de 87 ans a étrillé l'administration Trump, "un danger pour le monde", au cours de ce rendez-vous devenu incontournable du Forum économique mondial.

Il s'en est aussi pris à la Russie de Vladimir Poutine, un "Etat mafieux", dans la salle de réception d'un grand hôtel de la station de ski suisse.

Devant un public très occupé à relayer ses propos sur les réseaux sociaux, George Soros a aussi longuement étrillé les géants de l'internet, citant "Facebook et Google".

Il les a décrits comme des "monopoles toujours plus puissants" qui pourraient être tentés de se lier à "des régimes autoritaires" afin de créer "un réseau totalitaire comme Aldous Huxley ou George Orwell eux-mêmes n'auraient pu l'imaginer", dans leurs romans "Le meilleur des mondes" et "1984".

"Davos est un bon endroit pour annoncer que leurs jours sont comptés", a-t-il dit, alors que les géants de l'internet y ont évidemment envoyé une armada de représentants.

Le financier, qui s'est reconverti en philanthrope et en grand critique du capitalisme ultralibéral, veut en effet croire que les géants de l'internet vont devoir se plier à des régulations plus sévères, sous l'impulsion notamment de la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager.

George Soros l'a décrite dans son discours, lu d'une voix parfois chevrotante, comme la "Nemesis" des géants de l'internet, la déesse de la vengeance.

Connu en particulier pour un raid en 1992 contre la livre britannique, le spéculateur a aussi été interrogé sur le bitcoin.

"Ce n'est pas une monnaie", a-t-il dit à propos de cette monnaie virtuelle si volatile, estimant que ses fréquents accès de hausse étaient "une bulle typique". 

George Soros ne croit pourtant pas à une "chute brutale" du bitcoin, plutôt à une baisse graduelle, en raison de l'attrait selon lui de cet actif anonyme mais à la traçabilité presque parfaite pour des régimes autoritaires.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Soros s'en prend à Trump, aux géants d'internet, au bitcoin
  • avatar
    renato54 -

    comment pouvez vous donner la parole a cet escroc qui a trempé dans les scandales financiers de ces 30 dernieres années ,delit d'initié, societe generale, speculation contre le SME , l'europe l'invite a davos alors que c'est lui qui specule contre l'euro depuis curaco ou il est basé!! paradise papers, soutien a l'ukraine pour declencher une guerre juteuse , et que dire de ses ''amis '' Javier Solana, Daniel Cohn-Bendit, Andrew Duff, Massimo D'Alema ou Emma Bonino.!!

  • avatar
    pigeonxxl38 -

    dans la peau d'un braconnier devenu garde chasse reconnaissons que juste pour un coup il n'a pas tord !

  • avatar
    actwiever -

    Combien de gens M. Soros a ruiné? Quelle est sa fortune personnelle? Surement pas en position de donner des leçons de quoi que ce soit a qui que ce soit!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]