Sortie du charbon : la finance française ne joue pas le jeu

Sortie du charbon : la finance française ne joue pas le jeu
charbon mine énergie

Boursier.com, publié le jeudi 14 novembre 2019 à 14h10

Les banques, assureurs ou investisseurs français se sont engagés à livrer d'ici à mi-2020 un calendrier de sortie globale du financement des activités charbon. Mais ils sont encore loin du compte, selon une ONG...

Plus de 400 entreprises développent actuellement de nouveaux projets charbon dans le monde... L'ONG française Les Amis de la Terre, la néerlandaise BankTrack et l'initiative Unfriend Coal regrettent dans un rapport publié jeudi que la place financière française soutienne encore ce type d'investissements.

Ils rappellent que le 2 juillet, "sous pression du Ministère de l'Economie et des Finances et des ONG", des banques, assureurs ou investisseurs français, regroupés dans l'association de lobbying Europlace, se sont engagés "à livrer d'ici à mi-2020 un calendrier de sortie globale du financement des activités charbon. "S'il est suivi d'effets, cet engagement fera figure d'exemple sur la scène internationale où il pourrait provoquer un puissant effet d'entraînement", rappelle dans un communiqué Lucie Pinson, coordinatrice de la campagne Unfriend Coal et référente de la campagne finance privée des Amis de la Terre France.

Projets en Indonésie

Problème : les membres de la place parisienne semblent bien loin de cette sortie du charbon. "BNP Paribas est le plus gros financeur français des entreprises qui développent de nouvelles centrales à charbon, avec pas moins de 2,2 milliards de financements accordés à ces entreprises rien qu'en 2019", écrit le rapport. En Indonésie, où le charbon cause la mort prématurée de milliers de personnes tous les ans, la banque a accordé entre janvier et septembre 2019 pas moins de 211 millions d'euros de financements à PLN Persero. L'entreprise produit 62% de son électricité à partir de charbon et prévoit plus de 10 GW de nouvelle capacité.

Axa aussi est épinglé. Le groupe n'assure plus directement de nouveaux projets charbon mais peut toujours délivrer des couvertures d'assurance, y compris dommages, à des entreprises. Selon les ONG, "Axa est notamment un des assureurs de Adani Mining, une filiale australienne du conglomérat indien Adani qui prévoit la gigantesque et très controversée mine de charbon Carmichael en Australie. Ce projet pourrait ouvrir la deuxième bombe carbone au monde après la Chine et menace l'écosystème fragile de la Grande Barrière de corail".

COP25 en décembre

Deux autres banques, Société générale et Natixis, sont accusées de ne pas jouer le jeu, et en dépit de leurs efforts, "ne permettent toujours pas une sortie du charbon dans les temps impartis par la science climatique".

"Les Amis de la Terre France appellent les banques et assureurs et investisseurs français à se saisir de l'opportunité du Climate Finance Day et de la COP25 pour annoncer une politique charbon qui réponde vraiment aux objectifs annoncés le 2 juillet", écrit l'ONG. La prochaine réunion internationale sur le climat (COP25) en Espagne se tiendra du 2 au 13 décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.