Soulagée d'y voir plus clair, la Bourse de Paris accélère le pas

Soulagée d'y voir plus clair, la Bourse de Paris accélère le pas
La Bourse de Paris accélère le pas à la mi-journée

AFP, publié le vendredi 01 juin 2018 à 14h04

La Bourse de Paris accélérait le pas à la mi-journée vendredi (+1,45%), portée par le soulagement des investisseurs d'y voir plus clair dans la situation politique en Italie et en Espagne.

A 13H31 (11H31 GMT), l'indice CAC 40 prenait 78,20 points, à 5.476,60 points, dans un volume de 1,5 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,53%.

La cote parisienne a ouvert en hausse et a accéléré le pas au cours de la matinée, au milieu d'une actualité pourtant dense.

La Bourse de New York se préparait de son côté à ouvrir en hausse.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, gagnait 0,51%. Celui de l'indice élargi S&P 500 prenait 0,46% tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, montait de 0,35%.

"L'Italie est sortie de l'impasse politique", ce qui "a permis à l'humeur de devenir positive" et aux actions de monter, a souligné David Madden, un analyste de CMC Markets.

"En cette première séance du mois de juin, les événements se précipitent", ont observé les analystes de Aurel BGC en évoquant l'Italie, l'Espagne et la guerre commerciale, qui a franchi "une nouvelle étape après les tergiversations des dernières semaines"

En Italie, le premier gouvernement d'alliance entre un jeune mouvement anti-système, le Mouvement 5 étoiles (M5S) et un parti d'extrême droite, la Ligue, doit prêter serment vendredi après-midi à Rome, sous la direction de Giuseppe Conte, un juriste complètement novice en politique qui a promis une politique anti-austérité et sécuritaire.

En Espagne, le chef du gouvernement conservateur, Mariano Rajoy, coulé par un scandale de corruption, a été renversé vendredi par le Parlement, après plus de six ans au pouvoir en Espagne, et remplacé par le socialiste Pedro Sanchez.

Et sur le terrain commercial, l'annonce par les Etats-Unis des taxes douanières ciblant spécifiquement leurs alliés, qui ont commencé à riposter, mettait l'économie mondiale à rude épreuve au moment de la tenue d'un G7 Finances au Canada.

Autre rendez-vous important à l'agenda du jour: les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, dans lesquels les investisseurs traqueront les signes d'une inflation salariale.

- Le secteur bancaire recherché -

En zone euro, la croissance du secteur manufacturier a de nouveau ralenti en mai.

Les dépenses de construction en avril et l'indice ISM d'activité dans l'industrie en mai aux Etats-Unis sont également attendus.

En matière de valeurs, le secteur bancaire retrouvait des couleurs, dynamisé par la meilleure tenue du marché obligataire qui aidait à prendre du recul face aux déboires de Deutsche Bank.

Crédit Agricole montait de 3,36% à 12,14 euros, BNP Paribas gagnait 1,79% à 54,01 euros et Société Générale de 2,21% à 37,67 euros.

Les titres liés aux matières premières évoluaient également dans le vert en dépit des fortes tensions commerciales. ArcelorMittal gagnait 1,64% à 28,16 euros et Eramet 5,20% à 157,90 euros.

Dans le secteur automobile, les constructeurs français profitaient de leurs bonnes performances sur leur marché intérieur en mai. Avec des immatriculations en hausse de 9,9%, Peugeot gagnait 1,13% à 20,17 euros et Renault, dont les ventes ont augmenté de 0,7%, prenait 1,97% à 84,26 euros.

CAC 40 Euronext

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.