Streaming : près d'1 internaute français sur 4 a visité chaque mois des sites illicites en 2020

Streaming : près d'1 internaute français sur 4 a visité chaque mois des sites illicites en 2020©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 07 mai 2021 à 15h46

En moyenne, 12,7 millions d'internautes ont visité chaque mois en 2020 des sites proposant des contenus manifestement contrefaisants, selon la Hadopi.

En moyenne, 12,7 millions d'internautes ont visité chaque mois en 2020 des sites proposant des contenus manifestement contrefaisants, selon la Hadopi.

Le streaming illégal ne faiblit pas... Si les offres légales connaissent un véritable succès, avec notamment Netflix ou encore Disney+, la fréquentation des sites illicites a progressé l'an dernier, comme le révèle ce vendredi la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) dans un rapport sur les usages illicites des consommateurs français.

"Le premier semestre 2020, marqué par le premier confinement strict, a engendré une forte augmentation de la consommation de biens culturels dématérialisés avec près de 9 internautes sur 10 (89%) qui se sont déclarés consommateurs de ces biens en avril 2020, contre 81% en mai 2019", précise l'étude. Mais cette augmentation de la consommation de biens culturels en ligne s'est accompagnée d'une hausse de la fréquentation des sites illicites.

En moyenne, 12,7 millions d'internautes ont ainsi visité chaque mois en 2020 des sites proposant des contenus manifestement contrefaisants, représentant 24% des internautes. Un pic en mars 2020 à 14,2 millions d'internautes a été enregistré, représentant 27% d'entre eux.

Le streaming sportif attire les internautes

En forte progression depuis plusieurs années, le live streaming illicite, notamment avec la retransmission de manifestations sportives, a concentré en moyenne 2,4 millions d'internautes par mois l'an dernier, "soit 19% des internautes se rendant sur les sites proposant des contenus manifestement contrefaisants", détaille la Hadopi.

Mais ces sites ont logiquement connu une baisse d'audience, lorsque les compétitions sportives ont été interrompues durant le premier confinement lié à l'épidémie de Covid-19. Par la suite, l'audience a retrouvé "son niveau initial et une tendance à la hausse dès la reprise des compétitions sportives en août 2020", souligne le rapport.

En décembre dernier, un quart des consommateurs illicites (26%) utilisaient le streaming en direct pour accéder illégalement notamment à des contenus sportifs.

En 2020, la 📈 de la consommation de biens culturels en ligne s'est accompagnée d'une 📈de la fréquentation des sites illicites. 12,7 millions d'internautes ont visité en moyenne chaque mois des sites illicites de biens culturels dématérialisés en 2020 ??https://t.co/uEcqLOrBUp pic.twitter.com/be801Hyc94
— Hadopi (@InsidOpi)

Le streaming et le téléchargement direct en tête

"Le streaming et le téléchargement direct représentent cependant toujours les deux protocoles les plus utilisés par les internautes adoptant des pratiques contrefaisantes. Ils concernent respectivement les trois quarts (71%, soit 9 millions d'internautes) et plus de la moitié (54%, soit 6,9 millions d'internautes) des internautes aux usages illicites", poursuit la Hadopi.

"Le pair à pair concerne encore plus du quart (26%) des internautes aux pratiques illicites, soit environ 3,3 millions d'internautes, au travers de sites et logiciels générant une audience importante", ajoute-t-elle, tout en notant que l'audience des 5 premiers sites et applications illicites ne représente qu'un tiers (34%) de l'audience illicite totale en 2020 contre près de la moitié (48%) en 2018.

"L'audience est ainsi de plus en plus dispersée en une multitude de sites, qui correspondent notamment à des sites miroirs (répliques de services ayant déjà fait l'objet d'une décision de blocage)", explique l'étude.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.