Succès pour SpaceX, les 2 astronautes américains rejoignent l'ISS

Succès pour SpaceX, les 2 astronautes américains rejoignent l'ISS
elon musk spacex

Boursier.com, publié le dimanche 31 mai 2020 à 20h15

La capsule Crew Dragon lancée par SpaceX s'est arrimée avec succès dimanche à la station spatiale internationale, où les 2 astronautes américains ont pénétré. Il s'agit du 1er vol spatial habité lancé depuis les Etats-Unis depuis 9 ans.

Le premier vol spatial habité lancé aux Etats-Unis depuis 2011 s'est déroulé avec succès, emportant deux astronautes américains vers la station spatiale internationale (ISS). La capsule Crew Dragon s'est bien arrimée dimanche à l'ISS, et Bob Behnken et Doug Hurley ont pénétré dans la station, où ils ont été accueillis par trois astronautes déjà présents : les Russes Anatoli Ivanichine et Ivan Vagner et l'Américain Chris Cassidy.

Le lancement de la fusée Falcon 9 de SpaceX avait été reporté mercredi dernier en raison de mauvaises conditions météo au-dessus de Cap Canaveral en Floride. Le lancement s'est finalement effectué avec succès samedi.

Premier vol habité depuis les Etats-Unis depuis 9 ans

Ce lancement crucial pour la Nasa et pour le patron de SpaceX, le milliardaire Elon Musk, est également chaudement soutenu par le président américain Donald Trump, qui s'est rendu sur place samedi pour la 2e fois en quelques jours pour assister au décollage.

Dans une série de tweets postés sur son compte Twitter, la Nasa a souligné que c'est la première fois que des astronautes de la Nasa ont été acheminés par un vaisseau conçu par une compagnie privée.

Indépendance spatiale et enjeu électoral

La capsule Crew Dragon va désormais rester amarrée à l'ISS, puis ramener les astronautes sur terre après un séjour d'environ un mois, avec un amerrissage prévu dans l'Atlantique, au large de la Floride. Quant au corps du lanceur, il est revenu se poser sur une barge dans l'Atlantique peu après le décollage, en vue d'être réutilisé, ce qui réduit nettement le coût du lancement...

Crew Dragon a été développée par SpaceX pour la Nasa, qui lui a accordé depuis une décennie plus de trois milliards de dollars de contrats. Depuis l'arrêt du programme des navettes spatiales américaines en 2011, sur fond de problèmes budgétaires et après deux accidents, les astronautes de tous pays utilisaient les fusées russes Soyouz, qui décollent du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Les Russes étaient les seuls à disposer d'un moyen de transport vers l'ISS.

Ce vol permet donc aux Etats-Unis de retrouver leur indépendance spatiale, alliant la prouesse technique avec la fierté nationale, qui bien pourrait se transformer en enjeu électoral, à quelques mois de la présidentielle du 3 novembre, à l'occasion de laquelle Donald Trump espère bien se faire réélire...

Emeutes, G7, Chine... Donald Trump revient vite sur terre

Le président américain s'est passionné pour ce projet de vol habité, et il n'a pas hésité à se déplacer mercredi, puis samedi soir au centre spatial Kennedy pour assister au lancement, accompagné du vice-président américain Mike Pence. "C'est incroyable", s'est exclamé Donald Trump. "De vrais génies, personne ne fait cela comme nous", a-t-il ajouté.

Au même moment, le président américain fait face à une flambée de violence aux Etats-Unis à la suite de la mort de George Floyd, un afro-Américain tué lundi dernier par un policier.

Par ailleurs, durant le vol retour de Cap Canaveral, Donald Trump a annoncé samedi reporter le report à septembre du sommet du G7 initialement prévu fin juin aux Etats-Unis. Il a ajouté qu'il souhaitait aussi y inclure l'Australie, la Russie, la Corée du Sud et l'Inde. La porte-parole de la Maison blanche, Alyssa Farah, a précisé que Trump désire que les pays parlent de la Chine (non membre du G7) durant ce sommet...

Le tourisme spatial en ligne de mire, avant la conquête de Mars

En pleine épidémie de Covid-19, le thème de la conquête spatiale, avec en ligne de mire la planète Mars, pourrait raviver l'instinct pionnier américain, et faire un peu oublier la pandémie de coronavirus, qui a tué plus de 100.000 Américains à ce jour, et provoqué une envolée du chômage, qui pourrait dépasser 20% ces prochains mois outre-Atlantique.

Outre de nouveaux contrats avec la Nasa (qui projette notamment de retourner sur la Lune) et des opérateurs de satellites, SpaceX, créé en 2002 par Elon Musk, entrevoit des retombées commerciales avec le développement du tourisme de l'espace. Ce nouveau marché potentiellement lucratif intéresse non seulement Elon Musk, mais aussi Jeff Bezos, le patron d'Amazon (avec sa société Blue Origin) ou encore Richard Branson avec Virgin Galactic.

A plus long terme, Elon Musk rêve de coloniser Mars, et d'y envoyer un million de Terriens d'ici à 2050, grâce à sa fusée Starship, qui est actuellement au stade du quatrième prototype.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.