Tanzanie: libération du milliardaire Mohammed Dewji qui avait été enlevé

Chargement en cours
L'homme d'affaires tanzanien Mohammed Dewji le 23 avril 2015 à son bureau de Dar es Salaam. Il a été enlevé le 11 octobre dans la ville.
L'homme d'affaires tanzanien Mohammed Dewji le 23 avril 2015 à son bureau de Dar es Salaam. Il a été enlevé le 11 octobre dans la ville.
1/2
© AFP, Khalfan SAID HASSAN

AFP, publié le samedi 20 octobre 2018 à 10h27

Le milliardaire tanzanien Mohammed Dewji a annoncé samedi sur Twitter avoir été libéré et être rentré chez lui "sain et sauf", un peu plus d'une semaine après son spectaculaire enlèvement le 11 octobre à Dar es Salaam.

"Je remercie Allah d'avoir pu rentrer sain et sauf à la maison", a déclaré Mohammed Dewji sur le compte Twitter officiel du groupe qu'il dirige, METL, actif dans différents domaines. "Je remercie les autorités de la Tanzanie, dont les forces de police, qui ont travaillé à mon retour".

"Je remercie mes concitoyens tanzaniens et tout un chacun a travers le monde pour leurs prières", a-t-il ajouté.

Considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, M. Dewji, 43 ans, avait été kidnappé par des inconnus, très tôt le matin, alors qu'il entrait dans la salle de sport d'un hôtel de la capitale économique de la Tanzanie. Selon la police de Dar es Salaam, des étrangers avaient "tiré en l'air avant de faire entrer de force" M. Dewji dans leur véhicule, un tout terrain bleu foncé.

Sa famille a annoncé qu'elle offrait près d'un demi-million de dollars de récompense pour toute information qui permettrait de retrouver l'homme d'affaires.

On ignorait dans un premier temps si une rançon avait été payée.

Interrogé par le quotidien tanzanien Mwananchi, le père de Mohammed Dewji, Gullam Dewji, a confirmé la libération de son fils. "Oui, c'est vrai, il a été retrouvé, il est ici à la maison", a-t-il déclaré, dans un extrait sonore publié sur le site internet du journal.

Son oncle Azim Dewji, cité par la même source, a précisé que le jeune milliardaire a été retrouvé vers 02H30 à Dar es Salaam dans la nuit de vendredi à samedi.

"Ses ravisseurs l'ont abandonné et il a pu appeler son père au téléphone", a-t-il déclaré, soulignant que la santé de Mohammed Dewji était "bonne à 100%".

- Traits tirés -

Une vidéo publiées sur le site de Mwananchi montre par ailleurs M. Dewji, peu de temps après sa libération, les traits tirés et vêtu d'un t-shirt blanc aux imprimés de couleur. On l'y voit remercier la police.

Le chef de la police de Dar es Salaam, Lazaro Mambosasa, interrogé par le Mwananchi, a lui indiqué s'être déjà entretenu avec Mohammed Dawji. Ce dernier lui aurait notamment dit s'être retrouvé, 15 minutes à peine après son enlèvement, dans une chambre d'un complexe sportif de la capitale économique de la Tanzanie.

Selon la même source, les ravisseurs parlaient une langue africaine.

Le chef de la police tanzanienne, SImon Sirro, avait indiqué vendredi que sur les 27 personnes arrêtées dans le cadre de l'enquête, huit seulement étaient "encore entre les mains de la police".

Mohammed Dewji est à la tête du groupe METL, présent dans une dizaine de pays dans les domaines de l'agriculture, de l'assurance, des transports, de la logistique ou de l'agroalimentaire.

Né en Tanzanie, il a fait ses études à l'université de Georgetown aux États-Unis. En 2013, il est devenu le premier Tanzanien à faire la couverture du magazine Forbes et, en 2015, il a été décrété "personne de l'année" par Forbes Afrique. 

Selon le magazine, il occupe la 17e position sur la liste des milliardaires africains avec une fortune évaluée à 1,54 milliard de dollars (1,29 milliard d'euros).

Député de 2005 à 2015, il est aussi le principal actionnaire du club de football Simba FC. Marié et père de trois enfants, il s'était engagé en 2016 à faire don d'au moins la moitié de sa fortune en faveur de causes philanthropiques, selon Forbes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.